Smart Home : câblage et domotique

Le bâtiment connecté : l’infrastructure nécessaire

Jusqu’ici, contrairement aux immeubles de bureaux, les maisons d’habitation n’ont pas été beaucoup câblées. Pour automatiser les ouvrages et installations techniques du bâtiment, des réseaux de lignes sont nécessaires. Voici comment mener à bien la mise à niveau de l’infrastructure interne de câblage.

Hausnetz Infrastruktur
L'interconnexion numérique d'un bâtiment facilite l'automatisation des installations de domotique.

La distribution d’électricité est assurée jusque dans le moindre recoin de nos logements. Il n’existe aucune pièce sans interrupteur lumineux ou prise de courant. L’infrastructure informatique n’en est pas encore arrivée là, bien que l’interconnexion avec ou sans fil soit devenue la norme. Cela dit, les utilisateurs doivent prendre congé de la diversité d’infrastructures qu’ils connaissaient. Le téléphone a fonctionné pendant un siècle avec des câbles en cuivre, la télévision reçoit ses signaux via des câbles coaxiaux et la commande du réseau, depuis le distributeur d’électricité jusqu’au chauffe-eau, est assurée par l’alimentation électrique courante. Dans un grand nombre de communes, les messages adressés sont en partie déjà distribués à vitesse grand V dans les appartements, les maisons et desservent les appareils via le réseau interne. Cet adressage est rendu possible par le protocole Internet IP, langage commun des appareils et technologies.

Interface entre l’extérieur et l’intérieur

La connexion entre le réseau de communication externe et interne se trouve en général dans l’armoire de distribution. Bien souvent, cette armoire est associée à la boîte à fusibles du courant à 230 volts (à gauche le courant, à droite la communication ou inversement). Dans cette boîte, le réseau à large bande s’achève par les fibres de verre de Swisscom ou d’une compagnie d’électricité locale. Ensuite, des convertisseurs sont nécessaires pour convertir les signaux optiques en impulsions électriques, destinées aux terminaux comme le téléviseur, l’ordinateur et le téléphone. Les électriciens les appellent « convertisseurs OTO » (Optical Telecommunication Outlet). C’est d’ici que part le câblage en étoile de l’appartement ou de la maison. Les câbles en cuivre sont connectés à leur extrémité, soit à des appareils, soit à une station sans fil, qui dessert l’ordinateur portable en tant qu’amplificateur de signal (« pont » sans fil). Si les câbles 230 V et le réseau de communication ont une structure similaire, ils ne peuvent pas être insérés dans le même tube d’installation. Peter Zbinden, de l’agence Energie Wasser Bern (ewb), recommande des tubes d’installation dont le diamètre est d’au moins 25 mm. Dans des locaux spacieux, Peter Zbinden pense qu’il vaut mieux poser deux tubes afin de prévoir suffisamment de réserve. En effet, les coûts ne dépendent guère de la taille du tube, mais un post-équipement revient cher.

Une plus grande indépendance avec un réseau domestique privé

L’objectif est de créer une infrastructure télécom « ouverte » afin d’être indépendant, à long terme, de certains fournisseurs. Cela est rendu possible par l’existence du réseau de fibres optiques public et d’un réseau domestique privé : le propriétaire foncier choisit lui-même son fournisseur d’accès, qui joue le rôle de « facteur ». Le câblage jusqu’à la maison est assuré par le distributeur d’énergie local ou Swisscom (ou les deux ensemble), le fournisseur d’accès exploite la ligne et paie une taxe qu’il facture au client. Seule Swisscom assure les deux prestations : des services de réseau en tant que fournisseur d’accès, et le réseau, en tant qu’infrastructure. 

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto