Climat intérieur agréable

Un climat intérieur sain grâce à une bonne aération

En raison de leur surface importante, les sols, les murs et les plafonds déterminent largement le climat des pièces intérieures. Une aération adéquate, c’est-à-dire par courant d’air ou transversale, est l’une des principales mesures pour un climat intérieur sain. Lisez nos conseils pour un air ambiant sain, ni trop humide ni trop sec.

Richtig Lüften
Le climat intérieur est largement influencé par une bonne aération.

Pour que nous nous sentions bien, la température et l’humidité doivent être contrôlées. La température ambiante varie en fonction de l’utilisation des différentes pièces. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande par exemple une température ambiante de 20 à 21°C (niveau 3 de la vanne du thermostat) dans les espaces de vie. Dans la chambre à coucher, en revanche, 17 °C (niveau 2-3 de la vanne du thermostat) et une humidité relative de 30 à 50 % sont préconisés.

Aérer, oui, mais correctement !

Il est plus judicieux d’aérer régulièrement par courant d’air que de laisser longtemps une fenêtre basculée. Qu’est-ce que cela signifie ? Trois à cinq fois par jour, les fenêtres doivent être ouvertes en grand pendant cinq à dix minutes. En effet, une ventilation prolongée refroidit les murs et favorise la formation de moisissures. Par ailleurs, l’ouverture permanente des fenêtres basculantes ne suffit pas pour renouveler l’air. En outre, cela entraîne une perte disproportionnée d’énergie de chauffage, surtout en hiver.

Que faire lorsque l’air est sec ?

Si l’air de la pièce est trop sec, l’appartement est mal isolé et surchauffé : l’humidité s’échappe et la chaleur diffusée assèche l’air de la pièce. Colmater les joints des fenêtres, abaisser la température ambiante et aérer régulièrement peuvent permettre d’y remédier. Les plantes d’intérieur contribuent également à un climat intérieur agréable : en raison de leurs besoins élevés en eau, le bananier, le tilleul d’appartement, le souchet comestible et le papyrus apportent de l’humidité à l’air ambiant.

Les humidificateurs ne sont pas recommandés, car ils permettent rarement un contrôle fiable de l’humidité ambiante. S’ils ne sont pas correctement entretenus, ils propagent en outre des microbes et des spores fongiques supplémentaires dans l’air ambiant.

Que faire lorsque l’air est humide ?

Dans les bâtiments mal isolés, les températures sont souvent perçues comme trop basses en raison de la fraîcheur des murs extérieurs. Des températures plus élevées et une ventilation régulière par courant d’air permettent de réduire le risque lié aux problèmes d’humidité. Un climat intérieur humide peut entraîner la formation de buée ou de condensation sur la face intérieure des fenêtres et favoriser le développement de micro-organismes tels que les acariens ou les moisissures, qui peuvent provoquer des allergies et des inflammations – et être la source de mauvaises odeurs.

En cas de pluie, de brouillard ou de chutes de neige, l’humidité des pièces chauffées est également plus élevée que celle de l’air extérieur. Une bonne aération est donc particulièrement importante en hiver. Il faudrait généralement éviter de sécher du linge humide dans l’appartement.

Nettoyer les installations de ventilation et remplacer les filtres

Dans le cas des appartements équipés d’une installation de ventilation contrôlée, il est nécessaire de définir avec le planificateur les habitudes d’aération appropriées. Les installations de ventilation contrôlée doivent être nettoyées régulièrement pour empêcher les champignons ou autres microbes de se loger dans le système de distribution d’air. Des filtres appropriés peuvent être utilisés pour empêcher l’aspiration de polluants indésirables. Le remplacement régulier du filtre de l’installation de ventilation est indispensable pour son bon fonctionnement. 

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto