Dommages au bâtiment et polluants

Lutte contre les algues et les champignons sur les façades

Même la plus belle façade peut soudainement être envahie d’algues et de champignons. L’air humide favorise leur prolifération et engendre des taches sur les murs. Différents enduits et mesures architecturales permettent toutefois de les éviter.

Algen an der Fassade
L’humidité est responsable de l’apparition d’algues sur les façades.

(pk) Les algues et les champignons adorent les conditions suivantes : un climat humide et un matériau organique, comme nourriture pour une bonne croissance. Même les façades de bâtiments en verre ou en crépi minéral ne sont pas à l’abri d’une infestation. En effet, dans la peinture à dispersion, par exemple, on retrouve notamment du carbone organique. En raison de la sécheresse de l’air, la prolifération est freinée aux emplacements en altitude ; en revanche dans les zones à brouillard, le risque d’infestation est supérieur. Les façades orientées à l’opposé du soleil, au nord et au nord-est, sont également davantage sujettes à être touchées. Cependant, contrairement aux idées reçues, c’est la condensation et non l’eau de pluie qui provoque de l’humidité sur les façades.

Les façades compactes sont désavantageuses

Les bâtiments énergétiquement performants sont également exposés au risque de favoriser la prolifération des algues. En effet, une enveloppe extérieure bien isolée empêche le flux de chaleur de l’intérieur vers l’extérieur. Certes, la protection thermique s’en voit améliorée, en revanche, la température à la surface de la façade est particulièrement basse. Le résultat : la condensation peut plus rapidement se former sur de telles surfaces, notamment pendant la nuit et à l’entre-saison. La surface extérieure du mur peut alors afficher une température jusqu’à 3° C inférieure à celle de l’air ambiant. Les façades compactes, avec une couche d’isolation thermique extérieure crépie, sont particulièrement sensibles à cet effet d’humidité. 

Algen an der Fassade 2
Des ponts thermiques situés au niveau des chevilles de fixation de l’isolation thermique empêchent la prolifération des algues.

Que faire pour éviter la prolifération ?

Il existe toutefois des mesures permettant d’éviter l’apparition d’algues sur les enveloppes de bâtiments à haute efficacité énergétique. En effet, les biocides contenus dans certains enduits et peintures empêchent leur prolifération. Cependant, les produits chimiques sont éliminés par la pluie et n’offrent donc une protection qu’à court terme. Par ailleurs, les substances nocives sont ainsi dispersées dans la nature, menaçant plantes et animaux. Les revêtements de façades hydroactifs à deux couches constituent une alternative intéressante : une couche de peinture minérale hydrophile recouvre l’enduit à effet capillaire, exempt de biocides. Cette couche est ouverte à la diffusion et capture brièvement l’humidité pour la libérer ensuite, sans former de gouttes de condensation.

Mesures architecturales de protection

Un système de drainage canalisé des balcons et une protection contre les éclaboussures d’eau constituent l’éventail des mesures de protection architecturales. L’expérience l’a montré : un avant-toit protège environ le triple de son encorbellement par rapport à la façade ; les tablettes de fenêtre augmentent également la protection. Parallèlement, les avant-toits empêchent la chaleur de rayonner, ce qui accroît aussi le point de rosée sur la façade. Dans le cadre des assainissements énergétiques, il convient donc de veiller à ce que la saillie du toit soit avancée proportionnellement à l’épaisseur de la couche supplémentaire d’isolation thermique.

Les habitants aussi peuvent prendre des précautions : en hiver, laisser les fenêtres en position inclinée de façon prolongée peut favoriser la condensation de l’air sortant sur les façades. Les taches sous les surfaces du linteau sont un indice typique de la présence d’algues ou de champignons. De manière générale, un propriétaire foncier a intérêt à nettoyer et repeindre ses façades à intervalles réguliers.

Rénovation de façades envahies par les algues et les champignons

Selon l’aide-mémoire de l’Empa, lorsqu’une grande partie de la façade est envahie, il est possible de faire éliminer les taches par un expert. Celui-ci analyse la nature du champignon avant de réaliser un nettoyage à la vapeur ou au jet à haute- pression pour éliminer les salissures. Ensuite, pour venir à bout des champignons, la façade bien sèche est traitée avec des algicides, pour lutter contre les algues et des fongicides, en présence de champignons. Il est possible également d’utiliser une brosse dure pour procéder à un nettoyage à sec. Dans tous les cas, il convient de veiller à ce que le produit détergent ne s’écoule pas de façon incontrôlée dans le sol. La couche d’apprêt qui est apposée subséquemment doit être algicide, fongicide et compatible avec la sous-couche. Une couche de finition perméable à la diffusion de vapeur et possédant des propriétés hydrophobes améliore l’effet à long terme du traitement anti-algues.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • Jürgen Blaich / Faktor Verlag AG