Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Isolation intérieure : protection thermique aux exigences élevées

Lorsqu’il est question de rénover un bâtiment, l’isolation est généralement un exercice libre. Mais si la façade extérieure ne peut être modifiée, une protection thermique appliquée à l’intérieur de l’enveloppe du bâtiment pourra être utile.

Innendämmung
Une isolation intérieure est tout à fait indiquée, aussi bien pour l'amélioration énergétique de l'enveloppe du bâtiment que pour la régulation de l'humidité de l'air.

Les minimalistes se contentent d’une épaisseur de 16 cm, les économes vont jusqu’à 24 cm et les propriétaires de maison vraiment ambitieux protègent les murs extérieurs avec une couche d’isolation de 30 cm. En matière d’isolation thermique d’un bien immobilier, il vaut la peine d’aller au-delà des exigences réglementaires énergétiques. En effet, la consommation d’énergie pour le chauffage peut s’en voir ainsi réduite de moitié, dans certains cas. Mais l’isolation extérieure n’est pas possible ou souhaitable partout, « surtout sur les façades qui méritent d’être préservées et protégées », explique Andreas Müller, professeur d’architecture à la Haute école spécialisée de Berne. L’alternative est la suivante : il convient de doter les murs d’une isolation intérieure. C’est un autre moyen d’améliorer l’efficacité énergétique de l’enveloppe du bâtiment et de réguler l’équilibre de l’air et de l’humidité. Andreas Müller mentionne d’autres avantages, tels que la rénovation par étapes ou l’application flexible : « De cette façon, les pièces utilisées temporairement en dehors du périmètre d’isolation peuvent également être isolées sur le plan thermique », c’est le cas par exemple des pièces dans la cave.

Isolation intérieure ou extérieure : évaluer les coûts

L’isolation du plafond de la cave est considérée comme une mesure efficace et peu coûteuse pour améliorer rétroactivement l’isolation thermique de l’ensemble d’une maison d’habitation. En scellant plutôt l’extérieur de l’enveloppe de la cave, vous réduisez le risque de dégâts dus à l’humidité ou de formation de moisissures. La charge de travail est toutefois un peu plus conséquente. Isoler le sol et les murs du sous-sol par l’intérieur est une solution moins onéreuse, envisageable si le terrain n’est pas trop humide. Comme les pièces du sous-sol isolées de l’intérieur se réchauffent plus rapidement, cet effet est très avantageux pour les endroits qui ne sont utilisés qu’occasionnellement.

Isolation intérieure : attention aux dommages dus à l’humidité

Également aux étages supérieurs, l’isolation intérieure peut être un moyen efficace pour abaisser d’une manière durable la consommation d’énergie. Surtout des raisons de protection des monuments historiques, un terrain étriqué ou des distances trop faibles par rapport à la maison voisine restreignent à tel point les possibilités d’isolation extérieure conventionnelle que des mesures d’ordre architectural à l’intérieur restent la seule option envisageable. L’isolation intérieure réduit relativement la charge de travail. En revanche, la surface utilisable d’une pièce s’en voit diminuée également.

Marco Ragonesi, copropriétaire de la société de physique du bâtiment Ragonesi, Strobel & Partner AG, recommande aux maîtres d’ouvrage privés d’avoir recours à des spécialistes de la planification et de la direction des travaux. « Je constate souvent que les raccords aux embrasures des fenêtres sont mal réalisés ». En outre, tous les ponts thermiques – au niveau des raccords entre les murs, des planchers et des plafonds – ne peuvent pas être scellés sur le mur extérieur. Un autre problème est la protection contre l’humidité : « Frein vapeur, oui ou non ? » est donc une question fréquente lorsqu’il s’agit de déterminer en détail la structure de l’isolation intérieure. « En cas de doute, il vaut mieux consulter un physicien du bâtiment », recommande Marco Ragonesi.

Mesures de protection externes recommandées

L’avantage d’un pare-vapeur réside dans le fait que cette couche empêche la vapeur d’eau de pénétrer dans le mur par l’intérieur. Cela permet d’éviter les dommages d’humidité et vices de construction. Un pare-vapeur étanche à l’air, en revanche, peut s’avérer délicat : les joints ou fentes, que l’on omet facilement lors du montage, ont des effets de condensation indésirables entre la couche d’isolation et le mur intérieur. Les experts recommandent des mesures de protection supplémentaires pour l’extérieur : les murs de la maison doivent notamment être mieux protégés contre la pluie battante, par exemple au moyen d’un crépi ou d’un revêtement ad hoc.

Différents matériaux peuvent être utilisés pour l’isolation intérieure. Pour cela, il est possible d’utiliser des panneaux de fibres minérales (laine minérale et de verre), les plaques d’aérogel, les fibres de cellulose ou des systèmes de crépi isolant.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto