Chauffage, aération et climatisation

Normes d'émission strictes pour les chauffages au bois

La pollution de l'air par les poussières fines concerne les quartiers urbains, mais aussi les régions rurales. C'est la raison pour laquelle les dispositifs de chauffage au bois, de petite et grande taille, doivent respecter des normes d'émission strictes. En outre, le contrôle de combustion continue d'être affiné

Abgasnormen Holzfenster
Pour les chauffages au bois, les normes d'émission sont devenues un critère important.

(knü) En été, on met parfois en garde contre les dangers de faire du feu en plein air par crainte des feux de forêt. Entre-temps, il est souvent indiqué en hiver, pour ne pas polluer l'air que l'on respire, de ne brûler le bois que de manière contrôlée et avec des installations techniques sophistiquées. Selon la direction de l'économie publique du canton de Berne, beco, ce sont de petites particules de suie qui constituent en effet « l'obstacle principal à l'exécution de la pureté de l'air ».

Aussi bien dans le centre-ville de Berne que dans l'Oberland, les valeurs limites des émissions de poussières fines (PM 10) dans l'air sont dépassées depuis des années. Les spécialistes partent du principe que près d'un cinquième des microparticules provient de la combustion du bois. Les poussières fines inspirées pénètrent dans les poumons et y restent. Elles peuvent donc provoquer le cancer et sont responsables d'affections des voies respiratoires. Pour un chauffage au bois écologique, les normes d'émission sont donc devenues un critère de qualité important.

Label de qualité pour fabricants

Les fabricants de nouvelles installations de combustion sont en fait contraints de se soumettre à des exigences plus élevées. Le dernier renforcement des normes d'émission remonte au 1er janvier 2008. Depuis, l'ordonnance sur la protection de l'air (OPair) de la confédération exige que les dispositifs de chauffage au bois respectent, à partir d'une puissance de 70 kilowatt, des valeurs définies pour les poussières fines, le monoxyde de carbone et les oxydes d'azote. Mais même dans le cas de chaudières à bois plus petites et de poêles placés dans chaque pièce, la conformité légale aux normes d'émission doit obligatoirement être déclarée. L'association de la branche Energie-bois Suisse a même lancé, à titre facultatif, un système d'évaluation sanctionné par un label de qualité, qui est attribué aux poêles et chaudières à bois privés, lorsqu'ils rejettent moins d'émissions que la législation ne l'exige. Une liste mise à jour des produits certifiés est disponible sur le site Internet de l'association (www.holzenergie.ch). Les installations proposées avec le module Minergie « Foyers au bois et chauffages au bois » respectent également les normes d'émission légales.

Interdiction de brûler des déchets

Toutefois, pour améliorer le taux d'émission du parc d'installations existant, on a mis en place ces dernières années un système de contrôle efficace. De manière générale, on prend garde à ne brûler que du bois sec et non traité dans les nombreux petits dispositifs de chauffage au bois et dans les cheminées. Par exemple, l'élimination thermique de déchets est strictement interdite. Il y a deux ans, le canton de Berne a instauré en plus l'obligation de contrôle des petites installations de chauffage au bois. Ce contrôle est assuré régulièrement par des ramoneurs spécialement formés et déclarés dans la commune.

Contrôle visuel de la combustion

La pratique du contrôle s'appuie sur une méthode pragmatique : les ramoneurs ou contrôleurs de combustion sont tenus de visiter la chaufferie et de vérifier si la cendre présente d'éventuels résidus de déchets brûlés. Entre-temps, un grand nombre de cantons ont adopté cette procédure. Dans le canton de Berne, les réclamations doivent désormais être rapportées et signalées à la commune en cas de récidive. Si l'on suspecte quelqu'un de brûler des déchets, ce qui est interdit, on est en droit d'ordonner des analyses de laboratoire. Cela peut mener parfois à un avertissement du propriétaire, voire à une plainte pénale.

Selon la direction de l'économie publique cantonale beco, le contrôle de la combustion ne doit pas seulement servir à détecter des infractions. Les communes sont en effet obligées de combiner l'inspection de contrôle à un entretien conseil portant sur le thème : « Comment allumer un feu sans libérer trop de poussières fines ».

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto