Énergie, électricité et éclairage

Vendre le courant que vous produisez

De nos jours, une installation photovoltaïque permet à une maison de produire du courant. Mais qu’en advient-il ensuite ? En principe, deux possibilités sont envisageables : l’utilisation et le stockage pour les propres besoins. Ou la vente à un tiers. Ces solutions sont également combinables.

Installation photovoltaïque  : vendre le courant que vous produisez
L’électricité produite par une installation photovoltaïque peut être vendue à des opérateurs de réseau ou des fournisseurs d’énergie.

Pourquoi redistribuer le courant que l'on produit soi-même ?

(MP) Le courant électrique est une forme d’énergie que l’on produit activement à un certain endroit et idéalement, qui est utilisée dès sa production. Son stockage dans des batteries est comparativement complexe, coûteux et peu judicieux sur la durée. Il convient de tenir compte de cet aspect lors de la planification de petites et grandes centrales, mais aussi dans le cadre de la production de courant à domicile. Pour chaque projet, l’utilisation et la transmission judicieuses de l’électricité doivent être bien pensées. Cela s’applique également lors de la réalisation d’une installation de photovoltaïque.

Qui sera acheteur de mon courant électrique ?

En règle générale, une installation photovoltaïque est la plus avantageuse lorsque son courant électrique permet d’alimenter directement des appareils à proximité, par exemple une machine à laver ou une pompe à chaleur dans le bâtiment sur lequel elle est installée. Malheureusement, le courant n’est souvent pas produit au moment où il serait utile. C’est pourquoi il doit

  • soit être stocké dans une batterie – le cas échéant, dans celle d’un véhicule électrique,
  • soit être injecté dans le réseau électrique. Le cas échéant, la production et les besoins sont plus épars.

Une gestion habile au sein de la maison permet de coordonner la production et les besoins d’électricité. Lorsqu’une possibilité d’injection existe, les exploitants de réseaux électriques deviennent des intermédiaires, régulant l’offre et la demande le plus efficacement possible, dans un cadre passablement large. Les propriétaires d’installations photovoltaïques peuvent ainsi retirer de l’argent du courant qu’ils produisent et, selon les besoins, également percevoir du courant du réseau.

L’électricité photovoltaïque est-elle rétribuée par la Confédération ?

Depuis plus de dix ans, la Confédération encourage la réalisation d’installations photovoltaïques par le biais du système de rétribution de l’injection (SRI), également connu sous son ancienne appellation de rétribution à prix coûtant du courant injecté. Un tarif de rétribution fixe garanti est promis pour le courant injecté (SRI). La durée de rétribution dans le cadre du SRI est de 15 ans à compter de la mise en service. La rétribution via le SRI doit être sollicitée avant la réalisation de l’installation, en soumettant une demande correspondante à la société Pronovo AG. Actuellement, les nouvelles demandes sont portées sur une liste d’attente.

Les opérateurs de réseau sont-ils intéressés par mon électricité photovoltaïque ?

Il est possible de conclure un contrat avec un opérateur de réseau ou un fournisseur d’énergie. Ceux-ci vendent l’électricité produite par leurs partenaires contractuels sur des bourses d’électricité. En général, la relation contractuelle est suscitée par une demande de raccordement à un stade précoce de la phase de planification. Si les deux parties tombent d’accord, un système de mesure est posé sur l’installation. La partie productrice assume

  • les coûts de construction et d’autorisation de l’installation de production de courant,
  • les adaptations de l’installation intérieure, les coûts de raccordement et la ligne secondaire vers le point de raccordement,
  • les coûts de réception et d’éventuels coûts d’authentification.

En contrepartie, elle peut s’attendre à des rétributions d’injection. Le montant des rétributions est défini librement par le percepteur concerné et varie très fortement. Dans des cas extrêmes, il peut fluctuer, dans une même région, entre 3,75 et 25 centimes par kWh.

Dans le cas d’une installation photovoltaïque, la garantie d’origine se vend également ; la « propreté » de l’électricité a sa propre valeur sur les bourses de l’électricité. Cela peut représenter encore plusieurs centimes par kWh.

Selon les portails spécialisés, les tarifs de rachat ont tendance à baisser et à se rapprocher du prix du marché négocié en bourse. Le prix de marché de référence des installations photovoltaïques est défini sur une base trimestrielle.

Comment vendre de l’électricité dans le cadre d’un RCP ?

Une possibilité créée récemment pour vendre du courant est le regroupement dans le cadre de la consommation propre (RCP). L’Ordonnance sur l’énergie (Oene) du 1er novembre 2017 lui fournit le cadre juridique requis. Le RCP permet de vendre le courant autoproduit à un groupe d’acheteurs définis restreint. Cette solution de vente est notamment judicieuse dans les immeubles locatifs équipés d’une installation photovoltaïque. Il est également possible de constituer un RCP avec des propriétés voisines et de viser une gestion efficace de l’énergie entre tous les participants.

Selon un guide officiel, les percepteurs d’électricité autoproduite ne peuvent pas être facturés plus que le coût du produit électrique prélevé à l’extérieur qu’ils achèteraient s’ils n’étaient pas membres du RCP. Cela ouvre la possibilité, en cas de production propre avantageuse, de réaliser un bénéfice avec la différence ou de faire profiter les acheteurs de coûts d’électricité avantageux. Offrir des prix en deçà du prestataire externe peut également augmenter l’attractivité des objets en location.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto