Légumes et fruits

Entretenir correctement le potager en hiver

Il existe différentes possibilités d'hiverner le potager. Conseils pour entretenir correctement son jardin en hiver.

Gemüsegarten Winter
Il existe plusieurs possibilités pour hiverner des légumes au jardin.

(sku) Même si la saison froide offre du répit au potager, celui-ci demande quand même de l'attention. Il existe diverses possibilités de l'entretenir : cultiver des légumes d'hiver, semer des engrais verts, pailler, ameublir ou bêcher. Le type de sol est alors déterminant. L'objectif est de conserver ou d'améliorer la structure du sol tout en perturbant le moins possible les micro-organismes.

Planter des légumes d'hiver

Le mieux pour la terre fertile est de cultiver des légumes d'hiver dans les plates-bandes. Les racines ameublissent le sol et empêchent qu'il se densifie. Les nutriments sont moins emportés par les pluies. Au printemps, il suffit d'épandre une fine couche de compost mûr et d'ameublir la surface avec le croc.

Il est important de prévoir les légumes d'hiver dès le début de la planification du jardin, de les semer et de les planter à temps.

Quels légumes d'hiver semer et quand ?

  • Les choux de Bruxelles doivent être semés en mai et plantés en juin. Fin août, lorsque les rosettes inférieures présentent un diamètre d'un centimètre, l’extrémité de la pousse doit être rompue afin que toutes les rosettes puissent mûrir. Selon la variété, les choux de Bruxelles sont récoltés entre novembre et mars. Cueillis après le premier gel, ils sont fins au goût.
  • Les poireaux d'hiver sont semés en avril et plantés en juin/juillet. Butter les tiges pour les protéger du froid. Il est possible de les récolter d'octobre à avril lorsque le sol n'est pas gelé.
  • Semer la chicorée pain de sucre en juin et la planter de mi-juillet à mi-août. Elle supporte le gel jusqu'à -10 °C et peut être récoltée d'octobre à février. Elle est un peu moins amère après une gelée. La chicorée pain de sucre ne se conserve pas longtemps. Il est donc préférable de la laisser dans le champ jusqu'à la récolte.
  • Semer la mâche à la volée ou en rangées de mi-septembre à mi-octobre, la couvrir d'un voile jusqu'en novembre afin d'exploiter la chaleur automnale de manière optimale. Plus tard, elle risque de commencer à pourrir sous le voile. Il ne faut la récolter que si les feuilles n'ont pas gelé car sinon, celles-ci fanent vite ou pourrissent. Le chou frisé, le pourpier d'hiver, la laitue beurre et les épinards sont également appropriés pour la culture d'hiver.
  • Semer le chou-fleur d'hiver début juillet et le planter fin août/début septembre. Il ne doit pas être trop petit en hiver. Sinon, il gèle. Le butter en automne pour que l'eau s'écoule mieux et qu'il pourrisse moins. Le chou-fleur d'hiver supporte de brefs gels jusqu'à -10 °C. En cas de périodes de gel prolongées, il est utile de le recouvrir d'un voile ou d'une couche de feuilles d'une hauteur de 20 cm. La récolte s'effectue en avril/mai. Le chou-fleur hiverné est plus tendre au goût et est épargné par les parasites.

La laitue pommée d'hiver, les pois mange-tout, les chicorées, les oignons, l'ail ou les blettes peuvent hiverner dans la plate-bande jusqu'à la récolte précoce de printemps.

Bêcher la terre

Le travail à la bêche permet de mélanger les couches du sol. La couche minérale infertile se retrouve alors à la surface et recouvre l’humus fertile. Les organismes vivants dans le sol sont alors dérangés. Après le bêchage, les mottes ont une plus grande surface que lorsque la plate-bande n'est pas travaillée. La pluie emporte donc plus de nutriments. Le bêchage présente de nombreux inconvénients. Il est uniquement recommandé pour les sols argileux. En effet, ces sols ne sont pas adaptés à la culture de légumes d'hiver en raison de l'eau stagnante. Le labourage permet d'améliorer la structure de ces sols lourds. D'une part, les grosses mottes prises dans le sol glacé sont fragmentées. D'autre part, il est possible d'y ajouter du sable. Le fumier et le compost frais favorisent l'activité des micro-organismes. D'ici l'arrivée du printemps, les engrais sont décomposés sans priver les plantes de l'azote nécessaire. Un autre avantage est que les œufs d’escargot et autres parasites viennent à la surface, où ils gèlent ou sont dévorés par les oiseaux.

L'engrais vert réduit la perte de nutriments

En hiver, la pluie emporte les nutriments du sol. Un engrais vert peut réduire cette perte. Pour cela, il est possible d'utiliser comme engrais vert de l'avoine vesce, un mélange de vesce et d'avoine d'été, et la phacélie. Ils ne sont pas résistants au froid et gèlent, ce qui facilite le travail de la plate-bande au printemps. Ils sont semés de fin août à mi-octobre sur la plate-bande où les légumes ont été récoltés. L'engrais vert qui a été semé tôt doit être fauché à la faux ou avec un taille-herbe avant les premières neiges ou le premier gel. Si les plantes sont hautes, elles attirent les souris et les escargots. Les déchets de coupe sont utilisés comme paillis sur les surfaces vides. Cette couverture empêche le sol de se transformer en boue lorsqu'il pleut. Les résidus de récolte, la paille, l'herbe ou le gazon servent également de paillis. Les déchets de gazon ne doivent être posés qu'en fine couche sur la terre. Sinon, ils collent et ne sont pas suffisamment perméables à l'air. Les feuilles présentent l'inconvénient de s'envoler et de ne pas se dégrader d'ici le printemps.

Ameublir profondément seulement à partir de janvier

En automne, les plates-bandes sont encore couvertes de légumes ou d'engrais vert, ou bien le sol est couvert de paillis. Il faut donc ameublir le sol à la fourche seulement à partir de janvier, lorsque les légumes ont été récoltés, que l'engrais vert a gelé et que le paillis s'est en grande partie dégradé. Pour retourner la terre profondément, il faut enfoncer la fourche complètement dans le sol, soulever légèrement la terre, puis repousser la fourche de soi. Cet ameublissement permet d'aérer la terre sans toutefois mélanger les couches du sol ou déranger les micro-organismes. Ce n'est qu'au printemps, avant l'ensemencement ou la plantation de légumes moyennement ou fortement exigeants, que sont réparties une à deux pelles de compost par mètre carré. Le compost est ensuite délicatement incorporé avec le croc.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • iStockphoto