Panier Chercher
Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon
Sol de fondation et propriétés du sol
Une coopération avec les spécialistes de l'AIB GVB Logo

Mesures de protection des bâtiments en cas de chute de pierres

Les chutes de pierres et de blocs causent des dommages allant de petites bosses à la destruction complète de bâtiments. Nous vous indiquons les mesures de protection que vous pouvez prendre pour préserver vos biens immobiliers éventuellement menacés.

Hannes Suter dispose de vastes connaissances spécialisées dans le domaine de la protection contre les dangers naturels. Après des études de géographie à l'Université de Berne, il travaille depuis plus de dix ans dans le domaine des risques naturels et de la protection contre les dangers naturels dans la recherche, l'ingénierie et le secteur des assurances.
Les chutes de pierres, glissements de terrain et éboulements sont de plus en plus fréquents.
Les chutes de pierres et de blocs causent des dommages allant de petites bosses à l’ensevelissement complet ou la destruction de bâtiments.

Nous devons nous attendre à des modifications du processus de chute en raison des impacts du changement climatique, en particulier dans les zones du pergélisol et celles touchées par le recul des glaciers. Dans les régions où les glaciers reculent et le pergélisol se réchauffe, une augmentation de l’activité de chutes est à prévoir. Au contraire, dans les autres régions, une diminution devrait se dessiner à long terme.

Les processus de chute englobent la chute de pierres, de blocs de roche ou de masses de glace dans des zones abruptes. Le matériau peut tomber en chute libre, en rebondissant, en glissant ou en roulant vers l’aval. Lorsque l’on parle de chutes de pierres et de blocs, il s’agit de blocs de roche mesurant entre quelques centimètres et quelques mètres de diamètre, qui chutent vers l’aval de façon plus ou moins isolée. La chute de pierres et de blocs peut mettre en danger des personnes ou des bâtiments.

Il est plus facile d’évaluer le risque de chutes de pierres et de blocs lorsque l’on dispose d’informations sur la taille des pierres qui se détachent et sur les trajectoires de chute envisageables. Ces données peuvent être tirées des cartes d’intensité et du rapport technique relatif à la carte des dangers.

Les secteurs fortement menacés et ceux moins exposés sont souvent très proches les uns des autres. Il est donc important d’éviter autant que possible les zones sensibles. La forêt constitue en de nombreux endroits la meilleure protection contre les chutes de pierres et les avalanches. En outre, les mesures constructives comme les digues de retenue ou les filets de protection offrent une protection supplémentaire pour les vastes surfaces et les voies de circulation. Pour certains bâtiments, le risque peut être réduit en renforçant les murs en béton, en installant des dispositifs de protection au niveau des ouvertures et des entrées ainsi qu’en adaptant l’affectation.

Coopération

Dangers naturels : un check-up en ligne

Le site protection-dangers-naturels.ch vous montre comment protéger efficacement votre bâtiment pour vivre en sécurité.

Infobox Naturgefahren

Protection contre les chutes de pierres – les principales mesures

  • Évaluation des risques par une ou un géologue et recours à une ou un spécialiste pour la protection du bâtiment contre les dangers naturels
  • Définition des objectifs de protection selon SIA 261/1
  • Adaptation de la protection optimale du bâtiment au terrain
  • Planification de l’espace intérieur adaptée aux possibles zones à risque
  • Planification judicieuse de l’emplacement des ouvertures (fenêtres et portes) ainsi que du concept d’utilisation de l’espace extérieur
  • Planification de mesures de coffrage et de renforcement des murs extérieurs/du toit
  • Mise en place de barrages, murs, filets de protection à proximité
  • Mesures de stabilisation des sites de démolition (couverture/verdissement)

Protection ultérieure des bâtiments existants contre les chutes de pierres

  • Mesures de coffrage ou de renforcement des façades, portes et fenêtres ainsi que du toit
  • Adaptation de l’utilisation de l’espace intérieur dans les zones à risque
  • Délocalisation des espaces extérieurs fortement utilisés
  • Construction de barrages, murs et filets de protection
  • Mesures de stabilisation des sites de démolition (couverture/verdissement)
  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • Assurance immobilière Berne