Sol de fondation et propriétés du sol

Protection contre un glissement de terrain

Le meilleur moyen pour protéger un bâtiment des glissements de terrain est de construire en dehors de la zone à risques. Cependant, il est aussi possible d'entreprendre des mesures de protection dans le cas de constructions existantes.

être correctement assuré face à des glissements de terrain
Le meilleur moyen pour protéger un bâtiment des glissements de terrain est de construire en dehors de la zone à risques.

(stö) On définit un glissement de terrain comme un glissement de masses de roches et de terre. Les glissements de terrains sont causés fréquemment par de fortes précipitations, mais aussi par des secousses déclenchées par un tremblement de terre, par exemple.

Des glissements de terrains et des éboulements sont deux choses différentes

On désigne par éboulement le glissement de parties importantes du flanc d'une montagne dû à des instabilités géologiques. Des dégâts causés par des tremblements de terre ne doivent pas être confondus avec des dommages causés par des poussées de versants, qui sont survenus pendant une longue période et sont ainsi dus à des influences naturelles continues. Ces dommages sont exclus par l'assurance immobilière obligatoire.

Des fissures dans les murs à des bâtiments ensevelis

Selon la manière dont le glissement de terrain affecte le bâtiment, il peut se produire des fissures dans la maçonnerie, des parties de parois peuvent être enfoncées ou des bâtiments peuvent même être complètement ensevelis – si un pan entier glisse.

Mesures de protection contre des glissements de terrains  

Stabiliser le versant  :

  • En sécurisant des versants menaçant de glisser (planter des arbres et des buissons à racines profondes).
  • En sécurisant les versants menaçant de glisser avec des « pieux en terre » ou des constructions en bois (coffrages en bois).
  • En évacuant les eaux météoriques (drainage du versant).
  • En prévoyant une stabilisation des pentes avec ancrage.

Constructions nouvelles :

  • Vérifier, dans le cadastre des risques proprement dits et les cartes des risques (à consulter dans la commune, le cas échéant), si votre parcelle se trouve dans une zone exposée à des risques d'événements naturels. Le cadastre et les cartes indiquent le type et l'ampleur possible d'un danger. Ce contrôle est recommandé surtout pour les terrains à bâtir dans des régions de montagne ou sur des terrains en pente.
  • Adressez-vous à des spécialistes. Les personnes compétentes pour examiner les caractéristiques du terrain à bâtir sont les géologues. Informez-vous aussi auprès des habitants installés de longue date dans la région, auprès des entreprises locales de construction et du responsable des constructions de la commune, sur la nature du sol et les risques encourus.

Pour des bâtiments existants :

  • Garantir une évacuation des eaux météoriques (drainages).
  • Un renforcement ultérieur n'est guère possible.
  • Mettre la charge du bâtiment sur une base entièrement stable, au moyen d'assises ou de pieux.
  • Renforcer la dalle de fond et les parois extérieures.
  • Auteur :
  • Commission pour les dommages dus aux éléments naturels de l'Association des établissements cantonaux d'assurance incendie et infomaison
  • Image :
  • istockphoto