Acheter un terrain à construire

Construire en pente : bon à savoir

Une vue imprenable est un rêve pour de nombreux propriétaires de biens immobiliers. Les terrains en pente sont donc particulièrement prisés. Pour que l’étude de projet ne se heurte pas à des difficultés, une planification soigneuse est nécessaire.

Hanglage
Une vue imprenable est le rêve de pratiquement tous les propriétaires de biens immobiliers.

(pk) La densification des lotissements est à l’ordre du jour. Les possibilités de construction de nouvelles maisons d’habitation, de lotissements de maisons individuelles ou mitoyennes sont donc limitées. Les terrains et les maisons construites en pente restent néanmoins prisées ; elles préservent généralement des terres facilement cultivables et offrent une vue baignée de soleil et de lumière. Rien d’étonnant donc que les maîtres d’ouvrage continuent à vouloir réaliser ce rêve. En revanche, les obstacles à surmonter ne tarderont pas à se présenter.

Examen des propriétés du sol

Il convient de prendre certains points en considération lors de la planification et de la construction de maisons sur des terrains en pente. Chaque terrain pentu n’est pas constructible. Un examen préalable du sous-sol par un géologue indiquera s’il est préférable de renoncer. La pression de l’eau ou de la roche peut, dans certains cas, rapidement ébranler le budget établi. Un problème courant se produit lorsque l’eau de surface ou de la nappe phréatique détrempe la face externe du sous-sol ou de la cave. Le cas échéant, un système de drainage peut être prévu pour détourner l’eau qui s’écoule vers la vallée. Outre révéler la présence d’eau, l’étude permet également de déterminer la capacité de charge, ainsi que les propriétés générales du sol.

En outre, l’expertise géologique fournit des informations concrètes sur les exigences en matière de consolidation du terrain. Dans tous les cas, il faudra tenir compte du fait que, pour les biens immobiliers en pente, l’expertise du terrain constructible ou l’acheminement plus complexe du matériel et des machines peuvent générer des coûts supplémentaires.

Consulter la carte des dangers

Dans le cadre de la définition des zones à bâtir, les communes sont tenues d’évaluer les éventuels risques naturels et, le cas échéant, d’imposer une interdiction de construire. Par ailleurs, sur les terrains en pente, le ruissellement des eaux de surface peut constituer une menace supplémentaire pour les zones habitées lorsque, après de fortes pluies, l’eau ne s’infiltre pas, mais s’écoule le long de la pente. La Confédération a donc examiné les conclusions tirées de sinistres antérieurs concernant l’ensemble des zones habitées en Suisse et s’en est servie pour établir une « carte de l’aléa ruissellement ». Elle peut être consultée en ligne, mais ne présente aucun caractère obligatoire.

Possibilités conceptuelles

Non seulement les propriétés du terrain en pente, mais avant tout sa situation sont déterminantes. Par exemple, sur un versant nord, songez au fait que le terrain sera à l’ombre pendant une longue période en hiver. À l’inverse, un versant sud offre beaucoup de soleil, tout comme une protection contre le vent et les intempéries venant du Nord. Construire sur un versant orienté à l’est et à l’ouest est également une option intéressante, laquelle permet de bénéficier du lever ou du coucher du soleil. Face aux défis que représente la construction d’une maison sur un terrain en pente, il vaut la peine de consulter un architecte. En effet, de nombreuses possibilités conceptuelles s’offrent dans ce contexte. Notamment, la viabilité du terrain doit être prise en compte : l’accès se fait-il par le bas ou par le haut ? Est-il possible d’utiliser le côté opposé au soleil, afin que la place de stationnement, le garage ou l’entrée ne gâche pas l’ensoleillement des pièces les plus attrayantes ?

En général, c’est la maison qui doit s’adapter au terrain et non l’inverse. Par exemple, les pièces peuvent être aménagées sur des niveaux décalés ou il serait possible de réaliser des demi-étages dans une construction à deux niveaux.

Du côté ouvert, le salon et la salle à manger sont dotés de grandes fenêtres qui permettent à la lumière du soleil et à la chaleur de pénétrer profondément dans les pièces. La situation à flanc de coteau offre également des possibilités d’aménagement particulières du terrain, par exemple un agencement en terrasses sur plusieurs niveaux et des voies d’accès en escalier. 

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto