Partenaire de construction

Voici comment bien planifier votre projet de construction

De l’idée à la remise des clés, en passant par la réalisation : la planification et la construction d’une maison d’habitation requièrent une grande rigueur. Même si le maître d’ouvrage fait généralement appel à des spécialistes compétents pour s’en charger, c’est à lui qu’il appartient de veiller au bon déroulement.

comment bien planifier votre projet de construction
La planification et la construction d’une maison d’habitation requièrent une grande rigueur.

(pk) Depuis l’avènement de l’ordinateur dans les années 1990, nous sommes nombreux à espérer pouvoir nous passer du papier. Avec l’arrivée des tablettes et des smartphones, les architectes et les chefs de chantier rêvent, eux aussi, d’organiser l’exploitation des chantiers sans plans sur papier. Au lieu de s’encombrer de plans d’étage et de dessins en coupe de grand format, ces informations seraient disponibles sur un appareil numérique à écran tactile. Mais il faudra encore du temps avant que ces possibilités techniques ne s’établissent. D’ici là, les plans conçus par ordinateur continueront à donner le ton, en présentant sous forme imprimée ce qui doit finalement être construit sur le chantier.

Les plans servent à transmettre des informations

Le but de la planification des travaux de construction est d’établir un plan de travail qui contient des plans d’étage, des coupes transversales ou les détails de la façade. Grâce à ce document, les artisans et entreprises spécialisées mandatés savent ce qu’ils ont à faire sur le chantier.

À la différence du plan provisoire, le plan d’exécution contient plus d’informations sur les dimensions des pièces et des éléments de construction. Le plan d’infrastructure, lui, précise les différents matériaux pour les sols, les plafonds et les murs. Les plans d’exécution sont dessinés à l’échelle 1:50 ; les détails de construction sont complétés à l’échelle 1:20, 1:10 ou 1:5. L’art du chef de chantier est de ne pas perdre la vue d’ensemble, malgré des plans aussi détaillés.

La base de planification améliore l’échange d’informations, déjà au stade le plus précoce : chaque entreprise y obtient les informations importantes pour la commande de matériel et l’estimation des coûts. Les architectes et les planificateurs spécialisés fournissent aux maçons, charpentiers, plombiers et autres artisans intéressés des plans d’exécution ou d’infrastructure provisoires afin de leur permettre de soumettre une offre pour une catégorie de travaux. Par conséquent, l’échange entre le maître d’ouvrage et le planificateur est soumis au principe suivant : chaque changement ultérieur déclenche une réaction en chaîne d’ajustements au niveau de la planification. Il est donc important de prendre les décisions à temps. En outre, tous les spécialistes impliqués dans la planification et la construction devraient toujours avoir accès à la dernière version du plan.

Qui est responsable de quoi ?

Par ailleurs, un plan de construction représente davantage qu’un simple support d’information. En effet, il est indirectement aussi un document juridiquement pertinent. C’est pourquoi Ivo Vasella de l’Association suisse des ingénieurs et des architectes (SIA) recommande de clarifier en premier lieu les prescriptions légales avec la commune. « Le permis de construire et les plans correspondants forment la base de toute construction d’un bâtiment ». Les plans d’exécution détaillés doivent se conformer aux caractéristiques du projet. En général, les architectes et ingénieurs se chargent de ce point. Dans certaines circonstances, il est toutefois possible de renoncer à faire appel à ces spécialistes. Dans le cas d’un couvert à voiture, le menuisier mandaté peut très bien fournir de tels plans. « Néanmoins, dès que l’on doit faire appel à différents artisans, il est recommandé de mandater un coordinateur compétent », recommande Ivo Vasella. Celui-ci sera parfaitement en mesure de juger comment éviter les vices de construction. Quoi qu’il en soit, il est préconisé de régler toute coopération dans un contrat d’entreprise, reposant sur la norme SIA 118 « Conditions générales pour l’exécution des travaux de construction ».

Comment les mandats sont-ils décernés ?

Un autre avantage du contrat d’entreprise fondé sur la norme SIA 118 réside dans le fait que les différents travaux – par exemple le mandat du maître d’œuvre, les travaux de plomberie ou les installations techniques – peuvent être commandés au meilleur prix, dans le respect des règles de procédure applicables. Si le client renonce à passer des commandes directes, la procédure d’appel d’offres permet une sélection dans tous les corps de métiers. Il est possible d’inviter un nombre illimité d’entreprises à participer à la mise au concours. Toutefois, les documents de l’appel d’offres doivent contenir un cahier des charges (devis) aussi détaillé que possible ainsi qu’un projet de contrat. Dès qu’une offre est retenue, un contrat d’entreprise définitif est établi. Important à savoir pour le maître d’ouvrage : un accord verbal a la même validité qu’un ordre écrit.

La responsabilité de l’entrepreneur

Les maîtres d’ouvrage doivent être conscients de l’étendue de la responsabilité des entreprises et des artisans sur le chantier. Ainsi, les entreprises directement mandatées sont responsables de la prestation des sous-traitants. La sous-traitance des travaux est autorisée, mais elle ne les dégage pas de leur responsabilité. Le maître d’ouvrage peut faire appel à cette responsabilité si le sous-traitant ne peut être poursuivi pour cause d’insolvabilité ou, par exemple, s’il est domicilié à l’étranger. Toutefois, un entrepreneur initial est dégagé de toute responsabilité s’il peut apporter la preuve d’avoir fait état de la diligence requise en ce qui concerne le respect des conditions de salaire et de travail. Les maîtres d’ouvrage et le chef de chantier ont donc tout intérêt à insister sur l’obligation de notifier toute transmission du mandat. 

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto