Murs et façades

Comparatif des matériaux de construction

Différents matériaux peuvent être utilisés pour la construction d’une maison. Mais en quoi se distinguent les briques, le béton et le bois ? Et quels matériaux sont les plus fréquemment utilisés pour l’aménagement intérieur ?

En Suisse, à peine 40 % des nouvelles maisons individuelles et collectives sont encore construites en briques.
En Suisse, à peine 40 % des nouvelles maisons individuelles et collectives sont encore construites en briques.

(pk) La brique est le matériau le plus utilisé pour la construction de maisons. La maçonnerie en terre cuite est employée pour les murs extérieurs et intérieurs. En Suisse, quatre maisons individuelles et collectives sur dix sont construites en briques. Les murs en béton gris font notamment concurrence au matériau de construction traditionnel. Les sous-sols et les faux-plafonds sont généralement réalisés dans ce matériau encore plus résistant. Même les constructions en bois, qui se composent d’une ossature bois du rez-de-chaussée à la charpente, possèdent souvent des fondations et une cave – et dans de nombreux cas, aussi un escalier – en béton. Les briques, le béton et le bois forment la structure porteuse des bâtiments ; leurs avantages sont décrits ci-dessous.

Maçonnerie en briques : une tradition éprouvée

La brique en terre cuite est très appréciée par les architectes et maîtres d’ouvrage pour son utilisation flexible et la grande diversité de ses possibilités conceptuelles. Également sur le plan de la physique de la construction, la maçonnerie traditionnelle ne cesse de faire ses preuves : elle emmagasine la chaleur et soutient les méthodes de construction efficientes sur le plan énergétique et en termes d’isolation. Pendant la journée, les murs en briques absorbent la chaleur du soleil et la cèdent dès que la température extérieure baisse. Des études chiffrent ce gain d’énergie passif à environ 40 % de l’énergie de chauffage activement produite. La capacité de stockage est également très utile en été : comme la maçonnerie se refroidit pendant la nuit, elle peut maintenir une agréable fraîcheur dans la maison, même les jours de forte chaleur.

La capacité de stockage des bâtiments en briques est donc particulièrement appréciée lorsqu’il est question de réaliser un bâtiment aux normes Minergie ou Minergie-P.

Les briques contribuent de manière générale à l’équilibre du climat d’habitation, car la maçonnerie atténue les variations du taux d’humidité tout au long de la journée. Jusqu’à 10 litres de vapeur d’eau pénètrent chaque jour dans une maison. Toutefois, les matériaux de surface tels que la peinture ou le plâtre doivent être appliqués, à l’intérieur et à l’extérieur, de sorte à permettre cette diffusion.

Le béton : un matériau de construction aux multiples facettes

Le béton est considéré comme étant « le matériau de construction du XXe siècle », car il répond parfaitement aux exigences d’esthétique, de statique, de physique du bâtiment et d’écologie. Le béton se compose d’un mélange de sable et de gravier, d’eau et de ciment, lequel est fabriqué à partir de calcaire, de marne et de plâtre. C’est ce composant liant qui confère au granulat la dureté et la résistance à la compression requises.

La composition peut également être modifiée pour développer des produits en béton autocompactant, translucide ou coloré. En fonction de l’utilisation prévue, certaines propriétés telles que la classe de durcissement et de densité brute ou la robustesse, la consistance ou la protection thermique sont optimisées à l’aide d’additifs. Les critères de sélection du béton sont par conséquent très variés eux aussi. Ils peuvent tout autant concerner la capacité de charge que la protection incendie, l’isolation thermique ou la protection contre le bruit.

Comparaison du pouvoir isolant et de la durabilité

Béton ou briques ? Les deux variantes permettent la réalisation d’une enveloppe du bâtiment en dur, à une ou deux couche(s). La couche d’isolation se trouve en général entre la couche porteuse et la couche protectrice. Néanmoins, les constructions à paroi simple peuvent être réalisées aussi bien en briques qu’en béton. Avec le matériau de construction en terre cuite, la couche porteuse constitue directement le support des façades crépies. Il est possible de renoncer à la pose d’un frein vapeur ou d’autres éléments d’étanchement. Les maçonneries à simple paroi sont intégralement isolées : des matériaux isolants, notamment, sont insérés dans les alvéoles des briques. Pour le béton apparent, on obtient des propriétés analogues en ajoutant du ballast de verre lors de sa production. Aucun autre traitement de surface n’est requis.

Une structure en dur protège mieux

Une structure du bâtiment en dur dispose de très bonnes qualités d’isolation acoustique et elle est davantage préservée en cas d’incendie. Les murs porteurs en briques, comme les murs en béton, répondent aux exigences élevées en matière de sécurité parasismique.

En termes de durabilité, cependant, les deux matériaux de construction minéraux présentent encore un certain potentiel d’amélioration : une grande quantité d’énergie grise – sous forme de combustibles fossiles – est nécessaire pour faire cuire les briques et le ciment. Dans les deux cas, les fabricants s’efforcent donc d’utiliser des sources d’énergie plus respectueuses du climat. Et pour réduire encore davantage l’empreinte écologique, l’industrie des matériaux de construction s’oriente maintenant vers le recyclage des matériaux issus de la démolition. La part de marché du béton recyclé est encore faible, mais sa qualité est si convaincante qu’il peut facilement remplacer le béton frais. 

La construction en bois : svelte et efficiente

Ce qui distingue essentiellement la construction en bois de la construction en dur est le poids plus faible, une enveloppe plus mince et un processus de construction plus rapide et plus sec. La construction en bois est notamment utilisée pour surélever les maisons individuelles et collectives. En effet, la préfabrication industrielle dans les ateliers de menuiserie apporte de nombreux avantages : la construction de maisons en bois est presque deux fois plus rapide que celle d’une structure en dur ; en outre, la phase de séchage est inexistante. Mais la principale qualité des constructions en bois réside dans le fait que la couche porteuse joue également le rôle de couche d’isolation thermique. Les éléments d’ossature ou de montants en bois, dont chacun est bordé de planches des deux côtés, peuvent être doublés, à l’intérieur, d’un matériau isolant. L’enveloppe d’un bâtiment en bois peut être crépie ou revêtue d’une façade ventilée. L’espace de ventilation arrière permet une circulation naturelle de l’air, empêche l’eau de pénétrer dans la façade et protège la maison de la surchauffe en été.

Les différents types de bois

Les principales typologies de construction pour les nouveaux bâtiments sont les suivantes :

  • La construction en pans de bois convient aux bâtiments à un ou deux étage(s) et permet l’utilisation d’éléments préfabriqués standardisés pour l’enveloppe du bâtiment. Des poutres de soutien verticales parcourent toute la hauteur du bâtiment. Par rapport à la construction traditionnelle à colombages, une construction en pans de bois obtient sa rigidité avec le coffrage extérieur.
  • La construction en madriers et en poteaux-poutres a largement profité des progrès techniques. La construction en bois massif compte aujourd’hui un vaste éventail de systèmes de construction différents. Les éléments en bois massif sont collés, goujonnés ou cloués ensemble ; dans certains cas, des matériaux à base de bois tels que des panneaux OSB ou en contreplaqué sont utilisés pour la structure du bâtiment.
  • La méthode de construction en pans de bois fait appel à des éléments porteurs à ossature bois, recouverts des deux côtés et pouvant être préfabriqués relativement rapidement, à un prix avantageux. À l’origine, cette méthode de construction était utilisée pour la réalisation de pavillons facilement démontables. Depuis, les systèmes de construction sont d’une telle qualité que même les petits immeubles résidentiels peuvent être construits de cette manière. Ces panneaux muraux conviennent également comme éléments de plafond et de toit, ainsi que pour le cloisonnement des pièces à l’intérieur.

Construction sèche pour l’intérieur

Par construction sèche, on entend les éléments qui séparent une pièce et qui n’ont pas de fonction portante, mais qui doivent isoler contre le bruit. Dans ce contexte, il est avantageux d’utiliser des matériaux et systèmes de construction flexibles. Parmi eux, on compte les éléments de construction préfabriqués industriellement qui peuvent être vissés, insérés ou raccordés. Les murs intérieurs en plaques de plâtre légères, dont la pose est simple et rapide et qui présentent une grande résistance au feu sont particulièrement répandus. D’autres domaines d’application sont l’habillage des toits en pente ou un nouvel aménagement des pièces lors de la modernisation d’une maison. En outre, lors de rénovations, la méthode de construction à sec peut être utilisée pour créer un espace pour l’isolation ou les installations ou un plancher creux sur la chape. Un autre avantage réside dans le fait que le temps de séchage est inexistant, de sorte que les phases de travaux de finition et d’aménagement intérieurs suivantes peuvent être réalisées sans temps d’attente.

Pourquoi le gypse est-il avantageux ?

Grâce à sa consistance poreuse, le gypse influence la régulation de l’humidité de l’air ambiant et contribue à un bon climat intérieur. L’isolation acoustique peut être améliorée en ajoutant des matériaux isolants et éléments d’étanchement. Outre les plaques de plâtre, les panneaux en fibres de plâtre, composés d’un mélange de fibres de plâtre et de cellulose, sont très répandus également. Pour les pièces humides, il est recommandé d’utiliser des systèmes dits verts, spécialement imprégnés et souvent renforcés de fibres.

La plupart des fabricants garantissent que les matériaux de construction et les additifs utilisés dans la construction à sec sont inoffensifs en termes de biologie du bâtiment. À cet égard, son application économique n’entre pas en conflit avec une méthode de construction écologique et favorable à la santé.

La pierre naturelle : un caractère intemporel

Dans la cuisine, la salle de bain ou même dans le salon : les sols en pierre naturelle sont représentatifs et faciles à entretenir. Le marbre dégage un chic particulier dans la salle de bains, par exemple, où un certain budget peut très bien inclure une baignoire en marbre. Dans la cuisine, le granit est très souvent utilisé pour recouvrir les plans de travail. Pour le sol – également dans une salle de bains – les carreaux en travertin, quartzite ou ardoise, qui sont à la fois esthétiques, résistants aux rayures et à la chaleur ainsi qu’hygiéniques, sont de plus en plus fréquents. Le charme de ces revêtements réside notamment dans les inégalités, les différences de couleur et les inclusions minérales. Les produits sont d’origine naturelle ; le label de qualité Xertifix indique une production équitable dans le cas de marchandises importées. La pose de la pierre naturelle requiert dans tous les cas un travail sur mesure.

Les différents types de pierres naturelles

Il faut distinguer les types de pierres naturelles suivants :

  • les roches solidifiées comme le granit, le basalte ou le trachyte
  • les roches déposées ou stratifiées telles que le grès, le calcaire ou l’ardoise
  • les roches métamorphiques telles que le marbre, le gneiss, le quartzite ou la serpentine 
  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto