Sols et revêtements

Isolation phonique : pour ne pas entendre vos voisins

Lorsque les bruits de pas sont un problème assommant dans une maison existante, il est souvent trop tard : l’isolation professionnelle contre les bruits de pas fait tout autant partie de la conception de base d’un bâtiment que l’isolation acoustique et thermique de l’enveloppe extérieure.

Trittschallisolation
En général, il est toutefois possible de prendre quelques mesures fondamentales efficaces contre les bruits de pas.

(pk) Propriété par étage ou immeuble locatif : chacun peut être concerné par les bruits de pas. Seuls les locataires ou les propriétaires par étage occupant un appartement sous le toit peuvent se considérer comme privilégiés en ce qui concerne les bruits de pas indésirables.

En règle générale, des mesures architecturales élémentaires permettent de mettre efficacement en sourdine les bruits de pas. Il serait donc dommage de renoncer aux coûts et à la charge de travail supplémentaires liés à l’isolation phonique car, le cas échéant, les bruits de pas peuvent littéralement faire grimper aux murs.

Isolation phonique de la chape

Dans les nouvelles constructions, les chapes ou des structures de plafond spécifiques absorbent les bruits d’impact et de choc. Cette mesure est réalisée par l’insertion d’une couche de fibres minérales ou de mousse plastique (p. ex. mousse de polyuréthane rigide ou polystyrène). La couche d’isolation phonique est ensuite recouverte d’une chape « flottante », qui ne doit présenter aucune liaison rigide avec les parties de construction adjacentes, d’où le terme technique « flottant ». Selon la qualité de l’isolation choisie, cette méthode d’isolation peut faire entièrement disparaître les bruits venant des voisins. 

Isolation phonique ultérieure

Il est plus difficile de remédier aux bruits de pas dans les bâtiments existants, en particulier s’il n’est pas possible de réaliser une chape dans la pièce. Si, par exemple, la moquette existante est recyclée en « isolation phonique », sur laquelle un plancher stratifié ou un parquet est posé, les voisins du dessous peuvent s’estimer heureux que le « clac-clac » perçant se transforme ainsi en simple « toc-toc » mat. Cette solution est rarement satisfaisante. C’est pourquoi dans les anciennes bâtisses, il est recommandé de poser une couche d’isolation phonique sur le plancher brut. Cette couche doit être composée du même matériau que la chape ; elle peut éventuellement être réalisée en granulés (p. ex. caoutchouc). L’isolation phonique sans chape flottante exige également que le plancher stratifié ou le parquet posé par-dessus ne touche pas directement les murs. Sinon, les bruits de talons ou de chaises restent audibles, ou peuvent même éventuellement être amplifiés. S’il est prévu de poser une moquette dans une pièce sans chape, des résultats satisfaisants ne pourront être obtenus qu’avec une structure sous-jacente multicouche, dotée d’une isolation.

Éviter les ponts phoniques

La transmission des bruits de pas et d’autres sources sonores est similaire à celle de la chaleur : une petite faille dans la couche d’isolation peut réduire de manière décisive l’effet global. C’est pourquoi il faut éviter tous les ponts thermiques et phoniques dans la structure du bâtiment. Non seulement les sols conduisent les bruits de pas et autres sources sonores, mais aussi les murs et les plafonds. En particulier dans les maisons à structure bois, les occupants des étages inférieurs sont, d’une part, importunés par les bruits de pas, mais, d’autre part aussi, par différents bruits ambiants. Les murs et les sols ne sont pas les seuls « coupables », puisque les sons indésirables sont également transmis par l’espace vide dans les puits et les tuyaux. En fonction des émissions sonores, l’isolation phonique peut constituer un défi onéreux.

Un faux-plafond peut aider

Si le copropriétaire voisin n’est pas prêt à prendre les mesures d’isolation phonique souhaitées, souvent, la seule option serait de contenir ces bruits au moyen d’un faux-plafond, réalisé en panneaux de plâtre. Ceux-ci peuvent être recouverts d’une couche d'absorption phonique supplémentaire. Toutefois, cette mesure apporte tout au plus une amélioration de la situation, mais ne permet pas de remédier totalement à la transmission des bruits. Des constructions en bois suspendues sont également utilisées dans ce contexte ; elles protègent cependant davantage contre les bruits ambiants que contre ceux de pas. 

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto