Sols et revêtements

Les revêtements de sol et leur coût

Grande est la variété de revêtements de sol. Pour faire son choix, il faut prendre en compte de nombreuses exigences fonctionnelles et esthétiques. Non seulement le matériel et la pose déterminent leur coût, mais aussi la charge de travail future pour leur entretien.

Kosten Bodenbeläge
Avec un budget pas trop serré, l'éventail des produits disponibles s'élargit en conséquence.

(pk) Des listes de contrôle vous apporteront plus de clarté avant d’entreprendre des travaux de rénovation des aménagements existants ou de planifier une nouvelle maison. La gamme de revêtements de sol étant, à elle seule, déjà très vaste, les critères suivants simplifient la sélection adaptée aux besoins :

  • Quel est le rôle du plancher ?
  • Quelle doit être la robustesse du revêtement ?
  • Quel est le matériau de revêtement favori ?
  • Quelle est l’importance du budget consacré à l’achat et à l’entretien ?
  • La pose peut-elle aussi être réalisée en « Do-it-yourself » ?

Règle empirique pour le budget

Toutes les variantes de revêtement ne peuvent pas répondre de la même manière à ces exigences fonctionnelles et esthétiques. Par ailleurs, il existe aussi de grandes différences au niveau des coûts. Pour établir le budget de construction, il convient de prendre en considération trois règles empiriques : premièrement, en particulier les revêtements de sol synthétiques, sont les moins chers ; deuxièmement, la qualité et la durabilité des matériaux augmentent avec le prix. Et troisièmement, les produits plus chers à l’achat peuvent souvent permettre d’économiser des frais supplémentaires au niveau de l’entretien. De manière générale, la variété des matériaux se classifie dans les catégories de prix suivantes :

Prix jusqu’à CHF 20.– le m2

Au bas de l’échelle des prix se trouvent les moquettes synthétiques, les revêtements de sol en PVC, les carreaux en céramique et les lames stratifiées. Dans les magasins de bricolage, ces produits sont disponibles à partir de CHF 10.– le m2. Ces matériaux conviennent, par exemple, pour équiper des pièces ou des espaces de rangement peu utilisés. Si ces revêtements bon marché sont soumis à une forte utilisation, leur durée de vie risque d’en pâtir. Dans ce segment, le do-it-yourself est souvent préféré.

Prix jusqu’à CHF 50.– le m2

Dès que le budget est un peu plus conséquent, la gamme de produits s’élargit. En plus des lames stratifiées de meilleure qualité, les moquettes en fibres textiles naturelles font également partie de ce segment de prix moyen, dans lequel la plupart des produits répondent parfaitement à des exigences plus élevées. Même certains parquets en bois sont disponibles à partir de CHF 50.– par m2. Dans ce segment, le type et l’origine du matériau ne déterminent pas à eux seuls le prix. Le format des lames, leur homogénéité ou la finition de la surface influencent également le budget.

Les carrelages, les revêtements en liège ou en pierre naturelle ainsi que les revêtements en plastique de haute qualité sont tout aussi abordables. Pour ces derniers, il est préférable de se renseigner sur la manière de les nettoyer pour éviter d’endommager la surface.

Segment supérieur : CHF 50.– le m2 et plus

Les parquets en chêne, noyer ou cerisier sont relativement coûteux à l’achat ; il en va de même pour une moquette en fibres naturelles et pour la grande variété de revêtements en pierre naturelle. Les revêtements de sol sans joints sont également proposés à partir de CHF 50.– le m2, car leur vitrification est un peu plus compliquée. Par conséquent, leur pose est recommandée uniquement pour les grandes surfaces.

Toutefois, le prix des variantes plus coûteuses tient généralement aussi compte de la durée de vie. Les matériaux de haute qualité peuvent durer jusqu’à 40 ans. Donc, par rapport à une variante bon marché, l’investissement est amorti déjà après le premier cycle d’utilisation.

Les revêtements textiles et les sols stratifiés sont peu coûteux à l’achat ; en revanche, une longue durée de vie n’est pas garantie. À l’opposé, le parquet et les revêtements de sol en liège font partie des variantes durables, ce qui justifie assurément un prix d’achat plus élevé. Concernant les sols sans joints, on considère qu’ils sont hygiéniques et faciles à nettoyer.

S’occuper de la pose soi-même ou faire appel à un spécialiste ?

Plus les travaux de pose sont complexes, plus il est intéressant de faire appel à des professionnels. La pose d’un parquet en bois massif ou en dalles de pierre n’est guère possible sans un savoir-faire spécialisé et un équipement professionnel. Certes, cela entraîne des coûts supplémentaires – l’installation peut coûter entre CHF 15.– et CHF 50.– le m2, selon le type de revêtement de sol – mais là encore, un investissement initial plus élevé peut permettre d’économiser beaucoup d’argent ultérieurement, pour l’entretien ou les réparations.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto