ch.gini.core.components.structure.label.shoppingCart ch.gini.core.components.structure.label.search
Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Lutter contre les cheimatobies

La cheimatobie est un nuisible vorace. Les larves de ce papillon rongent rapidement les feuilles des arbres fruitiers et des arbustes décoratifs. Nos vous expliquons comment prévenir une infestation par la cheimatobie.

Les larves de ce papillon rongent les feuilles des arbres fruitiers et des arbustes décoratifs.
Les larves de ce papillon rongent les feuilles des arbres fruitiers et des arbustes décoratifs.

(chu) Une foule de larves de cheimatobies a rongé les feuilles et les bourgeons des arbres fruitiers et des arbustes décoratifs. Les feuilles des plantes infestées sont trouées et des toiles collantes se trouvent entre les feuilles. Une distinction est faite entre la petite et la grande cheimatobie. Dans le jardin, on trouve généralement la plus petite des deux espèces. La grande cheimatobie est réputée pour être un parasite forestier. Nous vous présentons les deux espèces et vous donnons des conseils précieux pour tenir ce nuisible vorace à l’écart de la plante.

Brève présentation des cheimatobies

On distingue deux espèces de cheimatobies : la petite et la grande cheimatobie. Le nom « cheimatobie » se réfère à une période de reproduction inhabituelle qui a lieu à la fin de l’automne après le premier gel. Les larves commencent leur activité de rongement au printemps. Les nuisibles tissent alors des toiles collantes dans le feuillage.

La petite cheimatobie (Operophtera brumata) est mouchetée marron-beige à jaune gris et présente une taille de cinq à sept millimètres. L’envergure des ailes du papillon mâle est de 20 à 25 millimètres. La cheimatobie femelle des deux espèces n’est pas capable de voler. Elle est dotée de petits moignons à la place des ailes. Les larves de la petite cheimatobie sont de couleur verdâtre et sont dotées de rayures. Lorsqu’elles se déplacent, toutes les larves forment une « bosse » typique.

La grande cheimatobie (Erannis defoliaria) qui est rarement présente dans le jardin, est ornée de motifs ocres et noirs. Sa longueur est de 10 à 14 centimètres. L’envergure des ailes du papillon mâle est de 40 à 45 millimètres. Les larves de la grande cheimatobie sont de couleur jaune et marron-rouge et sont dotées de rayures.

Les larves tissent des toiles collantes entre les feuilles et les fleurs pour pouvoir manger sans être dérangées.
À partir du mois d’avril, les larves des cheimatobies rongent les feuilles et les bourgeons des arbres. Les larves tissent des toiles collantes entre les feuilles et les fleurs pour pouvoir manger sans être dérangées.

Détecter une infestation par la cheimatobie

À partir du mois d’avril, les larves des cheimatobies rongent les feuilles et les bourgeons des arbres. Si l’on ne constate au début que quelques trous, il ne reste rapidement plus que les nervures des feuilles. Les larves tissent des toiles collantes entre les feuilles et les fleurs pour pouvoir manger sans être dérangées. Le nuisible ronge les fruits à moitié. Les fruits semblent alors avoir été dévorés à la cuillère.

Comment prévenir une infestation par la cheimatobie

  • Des colliers de glu empêchent les cheimatobies incapables de voler de pénétrer dans les arbres en rampant. Posez des bandes de papier ou de plastique recouvertes de colle sèche et tenace autour des troncs des arbres à partir de fin septembre. Veillez également à en pourvoir les tuteurs. La femelle ne peut ainsi pas accéder à l’arbre en empruntant le tuteur. Il convient de retirer les colliers de glu et de les jeter à la poubelle en décembre car il n’est pas rare que la femelle capturée ponde ses œufs dessus. Il est recommandé de poser un nouveau collier de glu autour du tronc à partir du mois de février.
  • La glu antichenilles s’est révélée être une alternative aux colliers de glu qui est très facile à utiliser. Celle-ci est appliquée sur le tronc à l’aide d’un pinceau. L’ancienne glu antichenilles doit être retirée à l’aide d’une spatule en février avant d’être remplacée par une couche de glu fraîche.
  • Favorisez les animaux utiles dans votre jardin. Les mésanges peuvent dévorer plusieurs centaines de chenilles pendant la nidification.
  • Contrôlez régulièrement si l’arbre est infesté de cheimatobies. Au début de la floraison, les larves aiment séjourner dans les touffes de fleurs.

Nos meilleurs conseils pour lutter contre les cheimatobies

Les larves voraces des cheimatobies peuvent causer d’énormes dommages en dévorant les feuilles et les bourgeons des arbres. Voici comment combattre le nuisible avec succès :

  • Un traitement avec des préparations contenant la substances active Bacillus thuringiensis est efficace pour lutter contre les larves de cheimatobies. Le traitement doit être effectué par temps chaud (au moins 15 °C). La préparation est absorbée lors du rongement et déploie son effet toxique dans les intestins des larves.
  • Des produits phytosanitaires à base d’huile de neem permettent de lutter naturellement contre les cheimatobies. La substance active azadirachtine qui est extraite des graines du margousier tropical, empêche la nymphose des larves de cheimatobies. Le cercle vicieux de la reproduction est alors interrompu.
  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto