Appliquer le code des frais de construction CFC

Comment réaliser des économies en construisant ?

Pour ne pas mettre à rude épreuve le budget de construction, une planification minutieuse, une sélection attentive des partenaires – et une certaine limitation de ses propres souhaits sont nécessaires. En outre, il est conseillé de ne pas vouloir juguler les coûts dans tous les domaines de manière uniforme.

Sparen Hausbau
Une bonne planification, un choix minutieux des partenaires et une certaine discipline en termes de souhaits personnels contribuent à respecter votre budget de construction.

Quiconque veut construire une maison individuelle en Suisse doit s’attendre à des coûts de construction compris entre CHF 500 000.– et un million. Ce montant n’inclut pas le prix du terrain ni les frais d’aménagement extérieur. Partant d’un standing moyen, les coûts de construction par mètre cube de volume bâti tournent autour de CHF 800.– ; l’échelle de souhaits et de prix étant illimitée vers le haut.

Ce chiffre vertigineux soulève la question de savoir s’il ne serait pas possible de faire moins cher : où serait-il possible d’économiser des coûts ? Où, au final, les économies sont-elles moins payantes ? Les potentiels maîtres d’ouvrage ont tout intérêt à définir très tôt quelques principes de base : le budget disponible est-il réellement suffisant pour une maison individuelle ou ne serait-il pas plus judicieux d’investir plutôt dans un appartement en copropriété ? En effet, le marché de l’immobilier l’atteste : l’espace de vie dans une maison individuelle coûte généralement près de deux fois plus cher que celui d’un appartement en propriété dans un immeuble collectif.

Comment surveiller le cadre budgétaire ?

Les trois points suivants doivent être pris en considération pour surveiller facilement le respect du cadre budgétaire convenu ou estimé pour la construction d’une maison :

  1. Choix minutieux des partenaires
    Celui qui décide de construire une maison individuelle a tout intérêt à garder un œil sur les coûts déjà pendant la phase de planification. Choisir un architecte possédant un niveau élevé de compétences en matière de réalisation des travaux et de contrôle des coûts. Des professionnels reconnus dans le domaine de la construction de logements abordables, connaissant bien les mécanismes de calcul des coûts et proposant, si possible, un propre service de direction des travaux offrent les meilleures conditions préalables. Sinon, il peut être intéressant d’impliquer un chef de chantier externe à un stade précoce. Les planificateurs et entrepreneurs spécialisés doivent également être sélectionnés avec la même attention et selon les mêmes critères.
  2. Restreindre ses propres souhaits
    Les maîtres d’ouvrage, pour leur part, peuvent aussi contribuer à ne pas faire exploser les coûts. En effet, les perpétuelles modifications des plans pendant la phase de construction engendrent une charge de travail supplémentaire pour tous les acteurs. Par conséquent, il vaut mieux consacrer suffisamment de temps à la planification, jusqu’à ce que la solution appropriée ait été trouvée. Surtout les petits extras sont onéreux : niches, lucarnes ou saillies font grimper les coûts de construction, tout comme les expérimentations avec des matériaux ou technologies peu éprouvés. Le risque de dépassement des coûts est considérablement réduit par l’utilisation de systèmes standardisés ou d’éléments de construction uniformes.
  3. Savoir renoncer
    Renoncer à certains aspects est aussi un moyen d’économiser des coûts. De combien de mètres carrés ai-je réellement besoin ? Quel niveau de confort puis-je m’offrir ? Celui qui intègre ces réflexions au début de la planification aura, au final, un meilleur contrôle des coûts. Des économies peuvent également être réalisées sur l’aménagement intérieur, tel que les sols, la cuisine ou la salle de bains ; mais elles restent, somme toute, assez modestes : cette étape de construction ne représente qu’un huitième environ du coût total de la construction. Les coûts peuvent aussi être maintenus à un niveau bas en optant pour des matériaux bruts nobles, qui n’exigent pas de traitement ultérieur des surfaces, comme les murs et plafonds en béton.

Où est-il préférable de ne pas économiser ?

En termes de choix de la qualité de l’isolation et du système énergétique, les experts déconseillent de considérer uniquement les coûts. En effet, un franc épargné au mauvais endroit peut avoir une lourde portée : une maison économe en énergie réduit considérablement les frais d’exploitation, permettant même d’amortir l’investissement initial en quelques années. Une pression extrême sur les coûts lors de la sélection des artisans peut également avoir un effet contre-productif. Des marges trop faibles peuvent entraîner une mauvaise qualité ou des retards. Il est également déconseillé de se procurer des prestations de services artisanales et des produits directement à l’étranger. À l’exception toutefois des maisons clé en main que des prestataires étrangers établis en Suisse peuvent fournir.

Quelles sont les options pour un maître d’ouvrage qui a eu soin de suivre tous les bons conseils et malgré tout, son budget de construction est dépassé ? Notre conseil : réduire les prestations, soit au niveau de l’ampleur du projet soit dans le standing d’aménagement. La dissolution anticipée des réserves est, quant à elle, fortement déconseillée. En effet, cette mesure ne permettrait que de faire disparaître temporairement les coûts supplémentaires, qui réapparaîtraient une fois les travaux achevés.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto