Dossier : Etangs et biotopes dans le jardin

Choisir les plantes pour orner un étang

Les plantes font indéniablement partie de l’étang ou du biotope de jardin. Elles sont magnifiques et aident à lutter contre la prolifération des algues. Voici ce qu’il faut savoir sur les plantes de bassin.

Pflanzen Gartenteich
Les plantes font indéniablement partie de l’étang ou du biotope de jardin.

(sku) L’offre de plantes de bassin est variée. Il existe de nombreuses possibilités pour embellir un étang de jardin. Chaque type de plante a néanmoins son emplacement favori. La profondeur de l’eau adéquate est déterminante pour l’épanouissement.

  • Les plantes de marais s’épanouissent de façon optimale juste au-dessus du niveau de l’eau.
  • Les plantes aquatiques préfèrent une profondeur de 0 à 20 cm.
  • Les plantes aquatiques profondes ont besoin d’une profondeur de plus de 40 cm.

Planter correctement les plantes de marais et les plantes aquatiques

Pour les plantes de marais, de la terre est versée jusqu’au-dessus de la surface de l’eau et est séparée du reste de l’étang par une digue. Le même principe s’applique pour les plantes aquatiques, mais cette opération est réalisée à une plus grande profondeur. Ces travaux préparatoires doivent si possible être réalisés avant de remplir l’étang. Qui souhaite ajouter des poissons doit attendre que l’eau se soit posée, car le sable et d’autres particules risquent d’obstruer leurs branchies. Si vous souhaitez ajouter une plante une fois que l’étang est rempli d’eau, posez lentement le pot en l’inclinant légèrement afin que l’air soit successivement remplacé par l’eau. Afin d’éviter que la terre altère la couleur de l’eau, vous pouvez recouvrir la terre d’un peu de gravier.

Plantes de marais

Outre les linaigrettes avec leurs fleurs en boules de coton, les primevères roses et les primevères de Vial, qui privilégient un sol acide et un emplacement semi-ombragé, font également partie de la catégorie des plantes de marais.

On peut également citer la lychnide fleur de coucou, la benoîte, la gentiane des marais et la grassette. Différentes variétés d’iris sont également disponibles au choix.

La petite lysimaque nummulaire aux feuilles vertes, jaunes ou mouchetées pousse entre les pierres. Sans oublier les carex.

Le darmera pelté est une plante particulière qui fleurit avant que les feuilles n’apparaissent pour former un feuillage imposant.

La famille des liliacées et des orchidées compte quelques représentants particulièrement magnifiques, tels que le tricyrtis ou le dactylorhize de mai (dactylorhiza majalis). 

Plantes aquatiques

L’acore odorant est pourvu de fleurs discrètes. La variété mouchetée est magnifique. Optez pour l’alisma, dont les tiges sont parfaites pour lier un bouquet de fleurs sèches.

Le jonc fleuri forme une ombelle rose qui suscite l’admiration. Il faut de plus mentionner la glycérie de couleur, l’iris des marais (iris pseudoacorus), le trèfle d’eau et la baldingère faux-roseau, les sagittaires à feuilles en flèche et même les fougères comme le thelipteria palustris.

On trouve également différentes plantes envahissantes. Alors que la pesse vulgaire (hippuris) est relativement inoffensive, la berle dressée, également appelée cresson sauvage, l’hydrocotyle, le lysimaque à fleurs en épi (lysimachia thyrsiflora) et la renoncule langue peuvent vite proliférer et envahir l’étang.

La massette (typha) forme des stolons qui peuvent percer le revêtement en plastique du bassin. 

Plantes aquatiques profondes

Les jardiniers amateurs utilisent plutôt rarement les plantes de cette catégorie, car elles demandent une surface et une profondeur d’eau considérables. Le nénuphar jaune (nuphar lutea) (profondeur 80-150 cm) présente de magnifiques fleurs jaunes. La mâcre nageante (trapa natans) est une plante pionnière qui supporte une profondeur de 2 m.

La petite renoncule aquatilis (ranunculus aquatilis) supporte, elle, jusqu’à 1 m de profondeur, tandis que la massette à feuilles étroites (typha angustifolia) descendra jusqu’à 1 m de profondeur.

Par ailleurs, des plantes flottantes, telles que l’aloès d’eau (stratiotes aloides), une plante en forme d’ananas, qui monte à la surface dès que l’eau est chaude et redescend au fond lorsque la température baisse, peuvent également envahir le bassin.

La prudence est de rigueur avec l’élodée du Canada (elodea canadensis) et le cornifle immergé (ceratophyllum demersum). Même si ces variétés fournissent de l’oxygène, elles se propagent extrêmement rapidement et évincent toutes les autres plantes.

Le nénuphar : la reine de l’étang de jardin

Les nénuphars aux fleurs d’un blanc éclatant, d’un rose délicat, jaunes ou en partie violettes, confèrent à l’étang ou au biotope une apparence noble et souveraine. Pendant la période de floraison principale, qui a lieu de fin mai à juillet, un nénuphar dure en moyenne 5 à 10 jours, en fonction de la chaleur et des conditions météorologiques. Ces plantes aquatiques poussent le plus au printemps et en été. Le climat, la profondeur de l’eau et l’état du sol sont pour cela déterminants. Un emplacement ensoleillé (l’étang doit être exposé au soleil au moins cinq heures par jour) et des eaux calmes répondent à leurs besoins.

La profondeur de l’eau et la profondeur de plantation dépendent de la variété. Les variétés naines et celles destinées aux eaux peu profondes s’épanouissent à une profondeur de 0,1 à 0,5 m et une surface d’eau de 0,5 à 1 m². Les autres variétés nécessitent une profondeur de plantation moyenne de 0,5 à 0,8 m et une surface d’eau de 1 à 2 m². D’autres se sentent mieux dans des eaux d’une profondeur à partir de 0,8 m et ont besoin d’une surface d’eau de 2 à 3 m².

Les nénuphars ont également besoin d’engrais. Pour cela, malaxer au printemps des raclures de corne à de l’argile et les enfoncer à plusieurs endroits dans le sol. Les feuilles, qui jaunissent à la fin de l’automne, peuvent être retirées mais cela n’est pas obligatoire. Si l’étang est gelé pendant une période prolongée, il est judicieux de couvrir les variétés menacées par le gel, comme les variétés naines et celles destinées aux eaux peu profondes (plastique à bulles, nattes de feuilles, de paille ou de polystyrène). Les variétés profondes (à partir de 0,5 m) hivernent sans problème si l’eau de l’étang ne gèle pas complètement. Les nénuphars tropicaux ne supportent pas l’hiver. Ils ont besoin d’une protection spéciale contre le gel (chauffage d’étang) ou doivent hiverner à la cave. Il faut retirer les plantes fanées, enlever toutes les pousses et les racines et les planter dans un bac de sable qui doit être maintenu humide régulièrement. Ces nénuphars doivent hiverner à 14–16 °C et être replantés au printemps.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • iStockphoto