Légumes et fruits

Planifier un jardin en permaculture

Jardiner de manière attentive, durable et en respectant des cycles – le principe de la permaculture est totalement en accord avec la nature. Qu'est-ce que la permaculture ? Comment planifier un jardin en permaculture ? Nous vous donnons quelques conseils utiles pour y parvenir.

Permakultur
Jardiner de manière durable et en respectant des cycles – le principe de la permaculture est totalement en accord avec la nature.

Le terme permaculture vient de l'anglais « permanent », qui signifie durable, et d'« agriculture ». Le concept de planification en permaculture met les cycles fermés au centre de la méthode. L'Australien Bruce Charles « Bill » Morrison est considéré comme le père de la permaculture. Dans les années 70, il a vécu durant une longue période chez les aborigènes australiens avec son élève David Holgrem. Il y a découvert les règles d'une culture respectueuse de la nature. La permaculture repose sur les trois principes suivants : prends soin de la Terre, prends soin des humains et, enfin, partage de manière équitable et fixe des limites à la consommation. En 1978, Morrison a fondé en Tasmanie l'« Institut pour la permaculture ». En 1981, il a reçu le prix Nobel alternatif pour son œuvre extraordinaire.

Les principes essentiels du jardinage en permaculture

1. Apprendre de la nature

Apprenez à connaître la faune et la flore de votre jardin. Comme se déplace le soleil et quels parterres sont plutôt à l'ombre ? Quels endroits sont exposés au vent ? Les plantes indigènes s'intègrent idéalement dans un jardin en permaculture. Elles se développeront sainement et généreusement dans un lieu sélectionné de manière idéale.

2. Le sol est la base

Sols glaiseux, sableux et argileux – le sol local est la base essentielle du jardinage en permaculture. Bien connaître les exigences des sols de son jardin est très utile pour décider quels nutriments apporter éventuellement pour l'amender.

3. Partagez votre jardin en zones

Le modèle idéal du jardinage en permaculture se scinde en 5 zones :

Dans un jardin de petite taille, il n'est pas toujours facile de mettre en œuvre toutes les zones. Choisissez donc les zones les plus en phase avec les spécificités naturelles du lieu et avec vos envies.

4. Créer et favoriser la diversité

Culture mixte plutôt que monoculture – cultivez des plantes utiles en prévoyant des rotations. Choisissez des plantes qui profitent de leur voisinage mutuel. Un exemple de culture mixte : les carottes et les oignons. En appliquant le principe « Les carottes contre les mouches des oignons et les oignons contre les mouches des carottes », vous éloignerez les nuisibles. Des tableaux de culture mixte aident le jardinier à choisir les bons partenaires.

5. Multifonctionnalité dans le jardin

Lors de la conception d'un jardin en permaculture, la multifonctionnalité joue un rôle capital. Ainsi, une haie ne se contentera pas d'offrir une protection contre les regards importuns et le vent. En plantant des myrtilliers, des groseilliers à maquereau ou des groseilliers classiques, vous obtiendrez une haie qui vous régalera. Une haie d'arbres fruitiers sauvages faites de sureaux, d'amélanchiers ou de d'argousiers sera un fabuleux garde-manger pour les oiseaux.

6. Exploiter l'énergie et préserver les ressources

Panneaux solaires, force du vent ou force de l'eau – la permaculture privilégie les sources d'énergies renouvelables. Le mur orienté sud de la maison emmagasine la chaleur et offre des conditions idéales pour obtenir des fruits pleins d'arômes avec des plantes comme les tomates. Un récupérateur d'eau de pluie permettra un usage parcimonieux de la ressource précieuse qu'est l'eau. L'eau récupérée permet en effet d'arroser le potager.

7. Travailler en cycles

Un compost est une possibilité idéale pour créer un bon cycle dans son jardin. En à peine 6 mois, les déchets de cuisine, les feuilles ou l'herbe sèche se transformeront en un bon amendement pour les sols – il est recommandé de bien l'aérer régulièrement. Autre exemple de stockage et d'utilisation des énergies : la création d'un parterre en butte. Le matériau organique en couche augmente la part de nutriments dans le sol. Les légumes plantés dans cet espace recevront suffisamment de nutriments et pousseront généreusement. Autre avantage : grâce à la surface plus grande, on peut cultiver plus de légumes.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • iStockphoto