Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Vivre intelligemment en location

Même quand on est locataire, on peut transformer son appartement en Smart Home pour profiter de plus de confort et faire baisser sa consommation d'énergie. Il faut toutefois respecter quelques fondamentaux.

Une femme commande des appareils par smartphone.
Quand on est locataire, on peut aussi transformer son appartement en Smart Home. Il faut toutefois respecter quelques fondamentaux.

Dans les années 50, les appareils électriques ont pris d'assaut tous les ménages suisses. Autrefois, c'était comme une petite révolution. Avec le développement de téléphones intelligents, qui a débuté avec le lancement il y a 15 ans de l'iPhone, de toutes nouvelles perspectives s'ouvrent pour plus de confort chez soi. La maison devient de plus en plus souvent un « Smart Home ». Ce terme très répandu est synonyme de mise en réseau de divers composants et appareils dans un foyer. Aujourd'hui, il existe des solutions Smart Home pour des fonctions comme la sécurité, l'accès, l'éclairage, la température, le divertissement, pour n'en citer que quelques-uns. De nombreux maîtres d'ouvrage de maisons individuelles prennent les dispositions nécessaires dès la construction du bâtiment en posant les lignes requises. Mais quelles sont les possibilités offertes aux locataires ? 

Clarifier qui va payer

Prof. Dr. Andrew Paice dirige l'iHomeLab, un centre de recherche en matière d'intelligence du bâtiment de la Haute École de Lucerne. Selon Paice, il faut par principe faire la différence entre les solutions Smart Home qui nécessitent des modifications constructives et celles qui communiquent par radio ou WiFi et s'installent sans modifier la construction. Si un locataire réalise des modifications sur la substance de son appartement pour son Smart Home, il doit obligatoirement en parler à son propriétaire avant de commencer et attendre son accord. Ces installations sont en effet généralement liées à des coûts et il faudra clarifier qui les prend en charge. Si c'est le locataire qui paie et qu'il déménage, il devra négocier avec son successeur pour que ce dernier prenne en charge une partie des frais. Cette question ne se pose pas quand on mise sur des solutions basées sur la transmission radio ou WiFi. Elles sont en effet parfaites pour équiper une construction existante a posteriori. Car dans ce cas, quand on déménage, on emporte simplement ses appareils pour les installer dans son nouvel appartement.

Transformation : le moment idéal

Pour les locataires, toute transformation prévue du bâtiment représente le moment idéal de réfléchir à équiper son appartement loué pour en faire un Smart Home. Une rénovation est en effet l'occasion d'intégrer la maison intelligente comme concept global et de poser les lignes requises. Il y a des avantages par rapport à une modification progressive : « Dans le cas de solutions individuelles, le problème réside dans le fait que chaque système dispose d'un standard différent, ces standards n'étant souvent pas compatibles », explique Andrew Paice. Les propriétaires qui proposent à leurs locataires des avantages supplémentaires et beaucoup de confort et d'efficacité énergétique profitent en outre d'une avance non négligeable sur leurs concurrents sur le marché de l'immobilier, selon Paice. 

Plug-and-play encore au début

Le terme de Smart Home est omniprésent aujourd'hui. Mais les choses ne changent pas aussi rapidement qu'initialement prévu. Outre les nombreux standards, la raison à cela réside souvent dans la difficulté d'installation qui nécessite un minimum de connaissances techniques. Tout sera beaucoup plus simple quand il suffira de brancher les équipements qui fonctionneront alors sans nécessiter d'installation complexe. C'est ce qu'on appelle le « plug-and-play ». Andrew Paice : « Il existe déjà quelques produits livrés prêts à l'emploi. Il s'agit d'une condition indispensable pour que ces produits s'imposent sur le marché. » 

L'iHomeLab

L'iHomeLab de la Haute École de Lucerne est l'institut de recherche national suisse en matière d'intelligence du bâtiment. Il se trouve sur le campus Technique & Architecture à Horw. En collaboration étroite avec plus de 220 partenaires de l'industrie et de l'économie et sous la direction du Prof. Dr. Andrew Paice, 30 scientifiques se livrent à des travaux de recherche sur des sujets comme l'Internet des objets (Internet of Things), l'Ambient Assisted Living, l'efficacité énergétique ou encore l'intelligence artificielle. L'iHomeLab est ouvert aux visiteurs.

www.iHomeLab.ch

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto