Extension et transformation d’un bâtiment

Lucarne ou chien-assis : plus de lumière sous le toit

Des combles peuvent se transformer en appartement. S’il y manque des fenêtres, les lucarnes et chiens-assis peuvent représenter une solution avantageuse.

Lukarne und Gaube
Les lucarnes confèrent au grenier davantage de confort, sans intervention majeure dans la structure du toit.

La lucarne est née à la Renaissance. Le nom de « lucarne » est dérivé du francique « lūkinna », qui signifie « ouverture fermée par un clapet ». On rencontre notamment des lucarnes jacobines, en œil-de-bœuf ou à croupe. Les chiens-assis se distinguent des lucarnes, car ils épousent davantage les courbures du toit. Sans trop intervenir dans la structure du bâtiment, les lucarnes et chiens-assis peuvent être utilisés pour créer un espace habitable et éclairer les combles.

Plus-value avantageuse pour les combles

Dans la plupart des cas, aménager des lucarnes et chiens-assis sur un toit est moins onéreux que l’ajout d’un étage supplémentaire à une maison. Les autorités de la construction ne peuvent guère s’opposer à une telle extension de la surface habitable, car dans de nombreux cas, elle n’augmente pas l’indice d’utilisation du terrain. Pour tous les projets de modification de la toiture, il est cependant judicieux de faire appel à un architecte ou même à un conservateur du patrimoine. Souvent, dans le cadre des procédures de demande de permis de construire, il est stipulé que les lucarnes ou chiens-assis ne doivent pas nuire à l’alignement de l’avant-toit. En outre, généralement, les lucarnes et chiens-assis ne doivent percer la surface du toit que sur un tiers de la longueur de la façade. Les règlements de construction stipulent par ailleurs que : si les combles sont rendus habitables, il sera nécessaire de veiller à un apport minimal de lumière naturelle. De ce fait, la surface vitrée des nouveaux lucarnes et chien-assis doit être définie en fonction de la taille de l’espace habitable. Généralement, la part requise est d’un dixième.

L’isolation et l’étanchéité doivent fonctionner

L’ajout ultérieur de lucarnes et chiens-assis nécessite un concept global de physique du bâtiment. Les jonctions entre la surface du toit et les superstructures ne doivent pas être négligées. Il convient notamment de porter une attention particulière aux couches responsables de l’isolation et de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe du bâtiment. Le risque de créer involontairement un pont thermique entre l’extérieur et l’intérieur au travers des lucarnes et des chiens-assis doit être écarté. À l’extérieur, sur le toit, l’écoulement de l’eau ne doit en aucun cas être affecté. Pour que la saleté ne s’accumule pas dans les écoulements, il faudra veiller en particulier à la dimension de la gouttière latérale et de la noue.

Veiller à une structure intacte du toit

L’aménagement ultérieur d’une lucarne influence la structure porteuse du toit. La situation devient critique lorsque cette dernière a déjà un certain âge. L’état des chevrons et des poutres doit donc toujours être vérifié. Souvent, un renforcement de la structure du toit est nécessaire, pour éviter de trop solliciter le toit avec le nouveau chien-assis.

Une extension rapide et judicieuse de la surface habitable

Dans le cas d’une construction de toit simple, les lucarnes et chiens-assis peuvent être intégrés sous forme de système modulaire. Tout est livré en préfabriqué, de la fenêtre à l’isolation, en passant par la protection solaire. Le montage des superstructures sur place ne dure guère plus d’une journée, lorsque le nouvel élément est préfabriqué sous forme de module de charpenterie. Dans certains cas, la réalité est un peu différente. Il peut arriver que les superstructures doivent être créées et construites entièrement sur place. Sur le plan de la qualité, les deux options se valent. La différence en termes de coûts n’est pas non plus déterminante. Seule la durée du processus de construction est significative. Comme le toit existant est ouvert pendant les transformations, on favorise généralement les éléments préfabriqués.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto