Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Habitation en propriété : comment procéder à un assainissement énergétique ?

Des parties de la maison ont atteint leur durée de vie ? Des réserves de construction peuvent-elles être utilisées pour une extension ? La rénovation d’un immeuble peut être combinée de nombreuses façons, tant sur le plan tant fonctionnel qu’énergétique. Plusieurs options et subventions sont à votre disposition.

Assainissement énergétique d’une maison
La rénovation d’une propriété foncière peut être combinée de nombreuses façons, tant sur le plan tant fonctionnel qu’énergétique.

Un bâtiment est un assemblage d’éléments de construction, techniques et architecturaux, dont chacun a une durée de vie propre. La structure porteuse – en béton, en brique ou en bois – est la plus durable et son état ne doit être vérifié qu’au bout de 50 ans. Le toit et la façade sont particulièrement exposés aux caprices de la météo. Néanmoins, ces éléments sont également conçus pour durer ; leur remplacement doit être envisagé après 30 à 40 ans. En revanche, l’aménagement intérieur et les revêtements ainsi que les systèmes techniques ont une durée de vie plus courte : la durée de vie de la plupart des installations techniques de bâtiment touche à sa fin après environ 15 à 20 ans. Les composants mécaniques des systèmes de ventilation et de chauffage doivent souvent être remplacés après ce laps de temps.

Tout propriétaire souhaitant rénover, transformer ou agrandir un bien existant devrait donc tenir compte des différents cycles. En effet, en planifiant judicieusement, il est possible de combiner les mesures obligatoires et volontaires sur les différents éléments de construction afin d’atteindre un optimum écologique et économique.

Qu’apporte un assainissement énergétique ?

Une amélioration énergétique peut être obtenue si

  • la consommation d’énergie du bâtiment peut être réduite, notamment par l’isolation de la façade, du toit ou du plafond du sous-sol, complétée par le remplacement des fenêtres. En fonction de l’objet assaini, le potentiel d’économie avoisine les 50 % ;
  • les systèmes de chauffage et de production d’eau chaude n’utilisent que des sources d’énergie renouvelables, en remplacement des combustibles fossiles (mazout ou gaz naturel) ;
  • le bâtiment est utilisé pour produire de l’électricité sur le toit ou sur une façade, à l’aide d’une installation photovoltaïque

Les effets de l’assainissement énergétique réduisent la pollution de l’environnement, améliorent la protection du climat et diminuent les coûts énergétiques individuels. En outre, la propre production d’électricité peut même permettre de générer un rendement.

Comment se déroule un assainissement énergétique?

La règle empirique pour l’assainissement énergétique du bâtiment est la suivante : la première étape consiste à améliorer l’enveloppe du bâtiment et la seconde à adapter le système énergétique aux exigences de performance plus faibles ou à remplacer l’installation de chauffage existante. Il est possible d’échelonner les interventions structurelles et techniques, l’ordre de l’assainissement devant toutefois rester inchangé. Le certificat énergétique cantonal des bâtiments (CECB plus), délivré par des experts indépendants et accrédités, permet une approche systématique de l’assainissement. Ces derniers réalisent une analyse de la situation et délivrent une étiquette-énergie, qui classifie sur une échelle de A à G l’efficience de l’enveloppe du bâtiment, l’efficacité énergétique globale ainsi que les émissions de CO2. Par ailleurs, trois variantes d’amélioration du système sont esquissées.

Les options standard de Minergie pour la rénovation des bâtiments sont encore plus étendues et plus efficaces. Il est important de garder à l’esprit cette approche lors du choix du procédé : le potentiel d’économie, les frais d’investissement et le droit aux subventions dépendent dans chaque cas de l’étendue de l’intervention et des mesures d’assainissement individuelles.

 Mesures / recommandations par profondeur de l’assainissement

Éléments de construction Assainissement selon les prescriptions cantonales en matière de construction (MoPEC état 2014) Recommandation d’assainissement selon CECB plus (certificat énergétique cantonal des bâtiments) Selon les critères du « Programme Bâtiments » Selon l’option standard Minergie
Enveloppe du bâtiment (mur, toit, grenier, cave) 12 à 14 cm d’isolation thermique 12 à 14 cm d’isolation thermique 16 à 18 cm d’isolation thermique 20 à 24 cm d’isolation thermique
Fenêtre Fenêtre à triple vitrage Prescriptions cantonales de construction Prescriptions cantonales de construction Exigence supplémentaire
Sources d’énergie (chauffage, eau chaude) Au moins 10 % d’énergies renouvelables ou certains cantons interdisent le remplacement d’un chauffage fossile par un chauffage fossile  Prescriptions cantonales de construction Prescriptions cantonales de construction 100 % renouvelables
Aération Aération par les fenêtres (manuellement) Prescriptions cantonales de construction Prescriptions cantonales de construction Ventilation avec récupération de chaleur
Potentiel d’économie* env. 150 kWh/m2 70 kWh/m2 (classe CECB D)170 kWh/m2 (classe CECB B) Env. 160 à 180 kWh/m2 Au moins 180 kWh/m2
Contribution d’incitation   Programme cantonal d’encouragement Programme cantonal d’encouragement Programme cantonal d’encouragement
*Valeur de base : maison individuelle, année de construction 1975, avec consommation d’énergie de 220 kWh/m2, classe CECB G
  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto