Panier Chercher
Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Technique du bâtiment : quels éléments en font partie ?

La mise en réseau des installations techniques confère à l’habitat un niveau de confort supérieur. L’équipement minimal comprend le système de chauffage ainsi que les installations sanitaires et électriques. Les autres modules tels que la ventilation ou les réseaux automatisés sont souvent une question de confort.

La mise en réseau des installations techniques confère à l’habitat un niveau de confort supérieur.
La mise en réseau des installations techniques confère à l’habitat un niveau de confort supérieur.

La technique du bâtiment inclut toutes les installations fixes, les appareils, lignes et conduites qui garantissent le fonctionnement d’une maison ainsi que son utilisation confortable, hygiénique et efficace sur le plan énergétique. Les installations techniques des bâtiments d’habitation comprennent – selon le degré d’équipement – les modules suivants :

  • Système sanitaire (eau et eaux usées)
  • Installation de chauffage
  • Alimentation électrique, éclairage
  • Ventilation dans la cuisine et la salle de bains ou système de ventilation douce
  • Sécurité (système d’alarme, installation de protection contre la foudre)
  • Communication et multimédia (interphone, téléphone fixe, câbles de transmission de données)
  • Système d’automation

Dans d’autres catégories de bâtiments, comme les bâtiments commerciaux ou industriels, les écoles, les hôpitaux, les restaurants ou les magasins, d’autres installations techniques sont nécessaires, par exemple pour le refroidissement des pièces. Font également partie des équipements techniques étendus :

  • Élimination des déchets
  • Installation d’expédition pneumatique
  • Monte-personnes et monte-charges
  • Interphones
  • Antennes
  • Alimentation électrique de secours
  • Éclairage de secours

Système de chauffage

Dans les propriétés qui ne sont pas reliées à un système de chauffage à distance ou à un réseau de chauffage, le système de chauffage est généralement installé dans un local technique séparé, au sous-sol. Pour produire de la chaleur, des systèmes de chauffage à mazout, des brûleurs à gaz naturel ou liquide ou des chaudières à bois à bûches, à copeaux ou à granulés sont utilisés. Les pompes à chaleur sont actuellement la variante de chauffage la plus répandue dans les nouvelles constructions. Elles utilisent la différence de température par rapport à la chaleur de la terre (énergie géothermique), l’air ambiant ou la nappe phréatique. L’énergie solaire peut également être utilisée pour le chauffage.

Sources d’énergie indépendantes : le générateur de chaleur est relié à un système de distribution interne qui transmet la chaleur aux radiateurs, au chauffage par le sol ou à un collecteur mural. L’installation et le remplacement des brûleurs et du système de distribution du chauffage sont effectués par des installateurs, lesquels sont généralement aussi appelés à intervenir pour le service et la maintenance.

Autrefois populaire, le chauffage électrique direct est surtout utilisé dans les maisons d’habitation rurales. Le remplacement d’un tel système par un module similaire est désormais interdit dans presque tous les cantons. L’utilisation d’une pompe à chaleur géothermique permet également de mettre à contribution le système de chauffage pour rafraîchir les pièces en été. 

Annonce

Une aide lorsque la technique tombe en panne

La technique, c’est bien tant qu’elle fonctionne. Mais que faire lorsque plus rien ne va ? Vous obtenez rapidement de l’aide. Avec GVB Tech, les dommages à vos installations techniques du bâtiment sont assurés. Par exemple : installations de chauffage, installations smarthome, lave-linge ainsi que divers appareils de cuisine.

GVB Tech

Approvisionnement en eau et élimination des eaux usées

Le secteur sanitaire comprend les conduites d’eau, les vannes, les baignoires et les toilettes, ainsi que le chauffage de l’eau domestique (réservoir d’eau chaude, chauffe-eau thermodynamique et installation solaire thermique) et l’utilisation éventuelle de l’eau de pluie. L’installation et l’assainissement du système d’approvisionnement relèvent des compétences d’un plombier ou d’un installateur solaire. Dans le cas de la rénovation d’une salle de bains, d’autres artisans viennent leur prêter main-forte pour les ajustements architecturaux, par exemple des carreleurs, plâtriers et maçons.

Dans le cas des nouvelles constructions – et de plus en plus dans le cas de transformations – des taxes sont perçues pour le raccordement à l’eau et aux eaux usées. Il est recommandé de procéder aux clarifications le plus tôt possible et de concevoir le raccordement domestique le plus près possible de la route.

Aération mécanique de l’appartement

Généralement, les toilettes et la salle de bains sont équipées de leur propre système d’évacuation d’air. Si nécessaire, il peut être intégré à un système d’aération mécanique de l’appartement. Suivant sa fonction, ce dernier est équipé comme suit : un monobloc avec ventilateur et échangeur de chaleur pour la récupération de chaleur, une entrée d’air extérieur et des ouvertures de sortie sur la façade de la maison, des déverseurs intégrés dans les portes des pièces, et des petits moteurs qui ouvrent automatiquement une fenêtre de la cuisine.

Systèmes de commande et d’automatisation

L’automatisation des bâtiments promet un « habitat intelligent ». Une maison « intelligente » met en réseau la commande de divers équipements du bâtiment, ce qui permet de garantir une efficacité énergétique élevée et le plus grand confort possible. Le système se réfère à des scénarios programmés et peut être commandé par des écrans fixes muraux ou des applications mobiles. Vous pouvez également activer ou désactiver l’application à l’aide de votre propre smartphone, ordinateur ou téléviseur multimédia connecté.

L’éventail des applications de l’habitat intelligent est très large. En revanche, l’infrastructure de mise en réseau est relativement coûteuse. Les maisons d’habitation connectées réalisées jusqu’ici ont révélé qu’il convient de budgétiser jusqu’à 10 % de la somme investie pour les installations techniques et les systèmes de gestion du bâtiment. En revanche, les formats d’application simples, par exemple pour la commande combinée de la protection solaire, de la ventilation ou du chauffage, peuvent être réalisés sans trop de frais. La Haute École de Lucerne exploite le centre national de recherche iHomeLab, lequel réalise des tests pratiques de systèmes d’automatisation du bâtiment.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto