Panier Chercher
Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Chauffage au mazout et gaz : assainir, combiner ou remplacer ?

Lorsque les chauffages au gaz et au mazout doivent être assainis ou remplacés, il vaut la peine d’évaluer la consommation actuelle d’énergie et les options de remplacement futures. Dans tous les cas, une réduction des émissions actuelles de CO2 doit être atteinte.

Ölheizung sanieren
Lorsque le chauffage au gaz et au mazout doit être assaini ou remplacé, il vaut la peine d’effectuer une évaluation approfondie de la situation.

L’Ordonnance fédérale sur la protection de l’air (OPair) prescrit, pour les systèmes de chauffage équipés d’une chaudière à combustion, la quantité de gaz de combustion pouvant être émise et la teneur en monoxyde de carbone, en suie et en oxyde d’azote à ne pas dépasser. Les installations plus anciennes qui ne respectent plus ces limites ou qui doivent d’être rénovées sont à renouveler ou à remplacer. La durée de vie d’une chaudière est d’une quinzaine d’années. L’autorité fixe généralement des délais d’assainissement d’environ 5 ans.

À la fin de sa durée de vie, la rénovation ou le remplacement du système de chauffage s’avère également judicieux sur le plan économique. En effet, les nouveaux systèmes fonctionnent assurément de manière beaucoup plus efficace. Les systèmes de chauffage au gaz et au mazout les plus récents utilisent et recyclent la chaleur contenue dans les gaz de combustion, grâce à la technologie de la condensation et, dans certains cas, améliorent leur efficacité à plus de 100 %.

Analyse du bâtiment requise

Selon les modèles de prescriptions énergétiques des cantons, le remplacement tel quel des systèmes de chauffage fossiles n’est désormais autorisé que si le bâtiment présente un niveau minimal d’efficacité énergétique. Si le bâtiment obtient la classe E ou inférieure au CECB, les propriétaires de maison ont deux options : soit ils passent à un système de chauffage renouvelable, soit ils rénovent le bâtiment sur le plan énergétique et installent à nouveau un système de chauffage au gaz et au mazout. Renseignez-vous auprès du service cantonal de l’énergie ou du service local des constructions pour savoir si les règles du MoPEC sont déjà en vigueur dans le canton où vous résidez.

Les points suivants doivent être pris en compte lors de l’assainissement du chauffage au gaz ou au mazout :

  • normalement, l’ancienne chaudière, le brûleur, la commande et la régulation sont remplacés par une centrale thermique compacte, dotée de la technologie de condensation.
  • La préparation de l’eau chaude doit être réévaluée (remplacement du chauffe-eau, combinaison du chauffage et de l’eau chaude).
  • L’installation des nouveaux types d’appareils à condensation exige que le canal de fumée soit équipé d’un tuyau d’installation afin que les gaz de combustion puissent être rapidement évacués.
  • Le réservoir ne doit pas nécessairement être remplacé. Les réservoirs sont soumis à la réglementation en matière de protection des eaux. Il convient donc de vérifier si leur état est conforme aux prescriptions en vigueur.
  • Il faut également vérifier les pompes de circulation, lesquelles ont souvent été calibrées sur la base d’une capacité trop élevée lors de l’installation initiale.

Les propriétaires qui souhaitent acquérir une nouvelle installation de chauffage au mazout, y compris la citerne, doivent compter entre Fr. 10 000.- et Fr. 17 000.- environ (performance nécessaire pour une maison individuelle). Bien que le prix du pétrole ait presque triplé au cours des dix dernières années, sur l’ensemble de son cycle de vie, le chauffage au mazout n’est que légèrement plus onéreux que les autres systèmes (gaz naturel, pompe à chaleur). Le passage à d’autres sources d’énergie peut donc être écologiquement et économiquement intéressant et doit être évalué en fonction des prix des combustibles de substitution, tels que les granulés de bois, le gaz naturel ou le biogaz.

Gaz naturel ou biogaz

Le chauffage au gaz naturel ou au biogaz permet de gagner de la place, puisqu’il n’est pas nécessaire d’installer un réservoir à la cave. Toutefois, il ne faudrait avoir recours à un chauffage au gaz que si le quartier est raccordé au réseau de distribution local et qu’aucun autre réseau de chauffage neutre en CO2 n’y est proposé. Dans de nombreuses villes, petites et grandes, les fournisseurs d’énergie eux-mêmes sont à l’origine de ce changement.

Partout ailleurs, une nouvelle installation de chauffage au gaz coûte au moins Fr. 10 000.- (sans conduite de raccordement). Les coûts d’entretien annuels tournent autour de Fr. 400.-. Les prix du gaz sont certes liés à la hausse des prix du mazout, toutefois, la comparaison sur la base du calcul du coût total laisse apparaître que le gaz naturel a été jusqu’à présent l’un des systèmes de chauffage les plus avantageux. En outre, le passage du mazout au gaz permet d’améliorer le bilan environnemental. Le bilan des émissions et de l’impact environnemental est encore meilleur si une proportion aussi élevée que possible de biogaz est achetée.

Installations combinées

La combinaison du chauffage au mazout et au gaz avec une source d’énergie renouvelable telle que le soleil constitue une option de remplacement ou de renouvellement avantageuse. Par exemple, si vous laissez le soleil préparer votre eau chaude, vous pouvez éteindre complètement le système de chauffage fossile en été. Cela contribue non seulement à la protection du climat, mais réduit également vos coûts d’énergie personnels.

Bien entendu, il est également possible de remplacer intégralement un système de chauffage au mazout, par exemple par du bois ou de la chaleur ambiante. Les pompes à chaleur, en particulier, sont le premier choix pour les maisons individuelles et les grands immeubles résidentiels nouvellement construits. Par ailleurs, des combinaisons entre les différents systèmes sont également possibles avec les installations alternatives – pour l’alimentation bivalente du chauffage des pièces et de l’eau.

Conclusion : il vaut la peine de procéder à une analyse approfondie des options avant que le vieux système de chauffage au mazout ne rende l’âme. Toutefois, avant de remplacer le système de chauffage, les experts recommandent de vérifier l’option d’une rénovation énergétique de l’enveloppe du bâtiment. C’est en effet le seul moyen de mettre un frein à la consommation d’énergie et de réduire sensiblement les émissions de CO2.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto