Quelle assurance paie pour quel dommage ?

Qui paie les dommages causés par les insectes ?

Blattes, coléoptères, mouches ou fourmis, tous appartiennent à la classe d’animaux la plus riche en espèces : les insectes. Un bon million d’espèces différentes ont été recensées scientifiquement. S’ils sont d’une importance capitale pour l’écosystème, ils sont souvent aussi la cause de dégâts. Lorsque ceux-ci surviennent dans des biens immobiliers, il est fréquent que la question de la responsabilité de la prise en charge du sinistre soit mise sur la table. Nous vous expliquons le tout en détail.

Nid de guêpes : les insectes peuvent causer des dommages.
Les insectes peuvent causer des dommages.

(pg) Différentes espèces d’insectes sont classées dans le groupe des nuisibles. Ils peuvent par exemple transmettre des maladies, s’attaquer à l’agriculture ou à la forêt, détruire des aliments ou endommager les infrastructures. Les mites s’attaquent notamment aux provisions sèches ou aux vêtements, le scolyte fait mourir les arbres et les termites dévorent le bois et endommagent ainsi les meubles ou les structures en bois dans l’immobilier. Si l’homme vient à bout de presque tous les parasites, les méthodes et les coûts varient.

Quand est-ce au locataire de sortir son porte-monnaie et quand est-ce au propriétaire de le faire ?

En tant qu’occupant d’un appartement loué, vous êtes général dans l’obligation de mettre un terme au fléau et d’en supporter les coûts. Ainsi, si vous placez des pièges à mites ou à blattes dans la cuisine, vous ne pouvez pas en facturer le coût au bailleur, pas plus que celui des aliments infestés. De même, si votre chat ramène des puces à la maison ou si des fourmis sont attirées par les déchets sur le balcon et que vous ne parvenez à venir à bout de ce fléau qu’en faisant appel à un exterminateur, vous ne pouvez pas non plus faire supporter les frais par le bailleur.

Il en va autrement si les frais d’élimination d’une infestation parasitaire que vous n’avez pas provoquée vous-même, dont les coûts excèdent CHF 150.–, si les parasites reviennent régulièrement et s’il peut être prouvé qu’ils accèdent à l’appartement par les conduites de l’immeuble, par exemple. La plupart du temps, plusieurs parties sont touchées et le bailleur est tenu d’agir.

Si vous êtes propriétaire d’un appartement en propriété par étage, la situation initiale n’est guère différente. Vous devez payer vous-même les dégâts, à moins qu’il ne soit possible de prouver que la cause est extérieure, c’est-à-dire qu’elle relève de la communauté des propriétaires.

Les propriétaires de maison peuvent souscrire une assurance

En tant que propriétaire de maison, vous pouvez vous concentrer entièrement sur l’élimination du fléau, puisque les coûts ne peuvent pas être répercutés. Le potentiel de dommages est plus important dans les maisons individuelles que dans les appartements. Les maisons individuelles sont souvent plus proches de la nature et possèdent généralement un jardin où vivent de nombreux insectes. Le nid de guêpes dans le coffre du volet roulant, les dommages causés par les fourmis au matériel ou les papiers peints endommagés par les poissons d’argent – l’élimination et les réparations doivent être payées de votre poche.

Les solutions d’assurance vous apportent une protection financière. Avec une assurance complémentaire à l’assurance immobilière, comme GVB Top, vous évitez de vous énerver en cas de problème et vous économisez de l’argent.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto