Qui paie en cas de ?

Comment prévenir les graffitis ou les éliminer ?

Chaque année, les actes malveillants sur la propriété publique et privée coûtent des millions de francs à la collectivité. Des solutions d'assurance ainsi que des initiatives privées – et partiellement – les mesures architecturales, permettent de se protéger contre leurs conséquences.

L'assurance qui se charge d'éliminer les grafftis qui recouvrent souvent les murs de la ville
Tags à la Schaalgässchen dans la vieille ville de Berne.

(stö) Le terme de « vandalisme » décrit l'endommagement, la dégradation ou la destruction illégaux, intentionnels et prémédités de la propriété publique ou privée. Le vandalisme en tant que passe-temps destructeur, défoulement agressif ou frime en sont les formes les plus courantes. Même si le droit pénal ne qualifie pas le vandalisme d'infraction pénale, les actes de vandalisme peuvent satisfaire un grand nombre d'incriminations du code pénal. Tous ces cas présentent la particularité que quelqu'un doit forcément payer les dommages — que ce soient les autorités publiques ou les propriétaires privés.

2500 actes de vandalisme signalés chaque année dans le canton de Berne

Rien que dans le canton de Berne, l'Assurance immobilière Berne (AIB) a enregistré près de 2500 cas de vandalisme au cours des deux dernières années. Selon l'estimation de l'AIB, la somme de sinistre moyenne pour la réparation ou le nettoyage s'est montée à environ 650 francs par cas.

Les graffitis et autres inscriptions sont souvent laborieux à éliminer

Si les surfaces lisses des façades se nettoient facilement, le froid ou les surfaces poreuses peuvent contribuer à ce que les inscriptions sprayées ne puissent être éliminées qu'au prix de plus grands efforts ou qu'il soit même nécessaire de les recouvrir de peinture.

Casa Blanca assume une partie des coûts

Afin de lutter efficacement contre les inscriptions sauvages sur les façades des maisons et les ponts du centre-ville, les autorités de la ville de Berne ont fondé l'association « CasaBlanca Bern », en collaboration avec l'Assurance immobilière Berne (AIB), l'Association des propriétaires fonciers de Berne et des environs ainsi que l'Association BERNcity. Elle veille à ce que les graffitis et les tags soient éliminés dans les 48 heures.

L'assurance complémentaire GVB Top assure les dommages causés par vandalisme

L'affiliation à l'association « CasaBlanca Bern » est gratuite pour les propriétaires de maison, à condition toutefois que les propriétaires aient couvert leur bien-fonds auprès de l'AIB avec l'assurance complémentaire d'objet « GVB Top ». Cette assurance complémentaire couvre les dégâts causés par des actes de vandalisme, tels que les inscriptions sauvages, à raison de 1 % de la valeur d'assurance et au maximum de CHF 5000.– par année civile.

Toutefois, les participants à la campagne CasaBlanca verront leur bâtiment nettoyé gratuitement, même en cas de dépassement du montant maximum couvert par l'AIB. Le cas échéant, CasaBlanca Bern prend en charge les coûts d'élimination des graffitis, tags et autres collages. En revanche, l'association n'assume pas les autres dégâts causés par des actes de vandalisme, comme les vitres rayées.

Réaliser des graffitis légalement

Certains graffitis appartiennent inconditionnellement à la catégorie des œuvres d'art. Les artistes talentueux n'ont nullement besoin de « décorer » illégalement un espace public ou privé. En effet, il existe de nombreuses possibilités de le faire dans un cadre légalement autorisé et même bienvenu.

Prévention du vandalisme

Les personnes désireuses de veiller elles-mêmes à la protection des revêtements de façade de leur bâtiment ont différentes options à choix. La plus simple – et la plus onéreuse – est la pose d'un enduit de protection, lequel protège dans la mesure où il est relativement facile à retirer et s'élimine donc avec le graffiti. Une autre mesure consiste à verdir la façade avec des sarments ou du lierre. Mais cette variante présente un inconvénient considérable, puisque ce type de végétation peut endommager le revêtement.

Si certains endroits sont fréquemment la cible des vandales, un détecteur de mouvement autour des bâtiments peut éventuellement les empêcher de commettre leurs méfaits s'ils sont pris soudainement dans un faisceau de lumière vive.

Conseils contre le vandalisme

Les conseils suivants constituent un aperçu des mesures possibles en cas d'inscriptions sauvages. Il convient de déterminer quelles mesures sont judicieuses dans chaque cas particulier.

Moyens de dissuasion

  • Installer une caméra de surveillance (ou une bonne imitation).
  • Bien éclairer la façade concernée.
  • Rendre l'accès au site difficile en érigeant un mur ou une clôture.
  • Vérifier auprès d'un jardinier la possibilité de végétaliser la façade.

Pour faciliter l'élimination des inscriptions sauvages

  • Faire appliquer un enduit de protection.
  • Pour les propriétaires d'un bien-fonds au centre de Berne ou le long de l'axe principal entre Helvetiaplatz et Ostring : souscrivez l'assurance complémentaire « GVB Top » et affiliez-vous à l'association « CasaBlanca Bern ».

Après un acte de vandalisme

  • Faire éliminer les inscriptions le plus rapidement possible.
  • Signaler le cas à la police.
  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • infomaison