Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Quand un nouveau chauffage est-il amorti ?

Tôt ou tard, il faudra songer à remplacer votre système de chauffage. Cela est bien entendu lié à une certaine charge financière. À la question de savoir quel système de chauffage est le plus avantageux en termes de coûts, de nombreux experts recommandent d’opter pour une installation sans mazout ni gaz. Une durée d’amortissement relativement courte peut ainsi être atteinte.

Quand un nouveau chauffage est-il amorti ?
Pour déterminer s’il est plus intéressant de remplacer l’installation complète ou de rénover le système existant, il faut comparer les durées d’amortissement et les coûts d’énergie.

(MP) La question centrale lors du remplacement d’un système de chauffage est : faut-il opter pour une installation utilisant des sources d’énergie renouvelables ? Et faut-il vraiment changer de système ou simplement remplacer l’installation actuelle ? Cela est bien évidemment aussi une question de coûts. De nos jours, lorsqu’il est nécessaire de remplacer un système de chauffage, cela concerne généralement des installations au mazout ou au gaz, utilisant des sources d’énergie fossiles. Le remplacement peut notamment découler d’une obligation d’assainissement ordonnée par les autorités, car les valeurs des gaz d’échappement sont trop élevées. Le cas échéant, dans certaines circonstances, il est possible de remplacer uniquement le brûleur par un module plus récent. Le cas échéant, l’ancienne citerne à mazout ou le raccordement au gaz existant restent en fonction. Cependant, dans de telles situations, plus de la moitié des cantons exigent une part minimale d’énergie renouvelable dans le futur approvisionnement en chaleur. Des réglementations similaires sont en préparation dans les autres cantons.

Un renouvellement sélectif de l’installation de chauffage – y compris l’apport d’énergie solaire pour l’eau chaude – reviendra sans aucun doute moins cher que l’aménagement d’un tout nouveau système de chauffage (généralement une pompe à chaleur, qui extrait la chaleur ambiante de l’environnement et nécessite uniquement de l’électricité – idéalement issue de sources renouvelables – pour la pompe).

Quel est le schéma d’amortissement d’un nouveau système de chauffage ?

Pour déterminer s’il est plus intéressant de remplacer l’installation complète ou de rénover le système existant, il faut comparer les durées d’amortissement et les coûts d’énergie. Derrière ces calculs se cache l’espoir que les économies réalisées puissent compenser les coûts de la technologie et de l’exploitation après un certain laps de temps. Les économies de coûts correspondent à des montants réels ou hypothétiques, répartis en coûts fixes (prix des installations techniques) et en charges courantes (coûts d’exploitation et de maintenance du système de chauffage). Des experts, par exemple chez energieheld.ch, vont encore plus loin dans leurs calculs d’amortissement : pour calculer la durée d’amortissement, ils comparent les coûts d’investissement du nouveau système de chauffage avec les économies d’exploitation par rapport au système précédent, c’est-à-dire la réduction escomptée des charges.

Hypothèses partant de coûts d’exploitation inférieurs

Les modèles de calculs courants dans le cadre du remplacement du système de chauffage visent à démontrer l’amortissement dans un délai raisonnable du remplacement du système de chauffage. Ces modèles partent du principe que le nouveau système est, par exemple, une pompe à chaleur ou un poêle à bois automatique. Les calculs se basent sur l’hypothèse que, proportionnellement, les prix des combustibles fossiles augmenteront considérablement dans un avenir proche et qu’un changement de système dans le cadre du remplacement de l’installation de chauffage sera soutenu par des subventions publiques. Ces hypothèses sont corroborées par les tendances politiques actuelles. Le calcul de l’amortissement tient également compte du fait que les coûts d’exploitation (y compris l’électricité consommée), maintenance incluse, sont nettement plus bas pour les pompes à chaleur que pour les systèmes de chauffage au mazout ou au gaz. Dans certains cas, la différence de prix entre la pompe à chaleur et le remplacement plus avantageux du système de chauffage, lequel est de toute manière à l’ordre du jour, est également prise en compte pour déterminer la durée d’amortissement.

Durée d’amortissement entre 4 et 15 ans

Dans la comparaison des coûts globaux, laquelle tient compte du remplacement de l’installation de chauffage, qui n’a plus lieu d’être après le changement de système, energieheld.ch parvient à une durée d’amortissement économique de 4 à 10 ans dans le cas du remplacement du chauffage au mazout par une pompe à chaleur. Des économistes de l’UBS ont calculé que le remplacement d’un système de chauffage au mazout passablement ancien par une pompe à chaleur est rentabilisé en 10 à 15 ans dans pratiquement tous les cas. Si une subvention de CHF 10 000.– est versée, la durée d’amortissement s’en trouve encore réduite. Dans le meilleur des cas, c’est-à-dire lorsque le système de chauffage existant a déjà été amorti, la durée d’amortissement estimée n’est que de 5 ans, rapportent les économistes de l’UBS. Les experts d’energieheld.ch et de l’UBS sont convaincus qu’un changement de système est plus rentable que le simple remplacement de l’installation de chauffage. La durée de vie d’un système de chauffage est d’une vingtaine d’années. Un autre portail en ligne avec une comparaison des coûts pour différents systèmes de chauffage est proposé par la Confédération ; le « calculateur des coûts de chauffage » est disponible sur le site chauffezrenouvelable.ch.

Investissement économique dans l’énergie

Pendant des années, Ruedi Meier, économiste et consultant en énergie, a étudié en détail l’efficience économique des systèmes de chauffage et des mesures d’efficacité énergétique. Il y a quelque temps, il a développé un outil appelé « EnWi », lequel permet de comparer les coûts de manière détaillée et d’inclure de nombreuses variables dans le calcul, telles que les contributions éventuelles par le biais de subventions et l’amortissement au travers de l’adaptation des loyers. Le site internet de Ruedi Meier contient également des études de cas à télécharger (en allemand uniquement). 

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto