Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Comparatif des systèmes de chauffage : performances et coûts

Rares sont les maisons pouvant se passer d’un système de chauffage. Pour comparer les différents systèmes et sources d’énergie, il faut tenir compte de divers coûts et caractéristiques. En font notamment partie non seulement les systèmes eux-mêmes, mais aussi l’ouvrage à chauffer et sa situation.

Remplacer le chauffage au mazout : Comparatif des systèmes de chauffage
Les différents systèmes de chauffage se distinguent par leur efficacité énergétique et leur coût.

(MP) Autrefois, seuls les cheminées et poêles chauffaient les espaces intérieurs pendant la saison froide. Aujourd’hui, il existe un vaste choix de différents systèmes, garantissant une utilisation efficace de l’énergie thermique, produite à partir de différentes sources d’énergie ou combustibles. Il ne faut cependant jamais considérer ces systèmes de manière isolée ; mais toujours les mettre en relation avec d’autres mesures architecturales et techniques, notamment l’isolation de l’enveloppe du bâtiment et la ventilation avec récupération de chaleur. Cette précaution est importante pour le calcul des besoins en chauffage, le dimensionnement du chauffage, la consommation d’énergie thermique et le montant des frais de chauffage.

Bases de comparaison pour les systèmes de chauffage

Plusieurs tentatives ont déjà été faites pour établir une base de comparaison permettant de mettre en parallèle les différents systèmes et méthodes de chauffage. C’est compliqué, car la comparaison doit se limiter à des caractéristiques mesurables de manière relativement sûre – qui sont en premier lieu les coûts, y compris l’installation, l’entretien général et l’exploitation. En règle générale, il convient de distinguer l’investissement à l’achat des coûts du cycle de vie, lesquels doivent également tenir compte des prix de l’énergie. Le rendement du chauffage, également appelé coefficient de performance (COP), est une valeur de comparaison très répandue. Dans le cas de la chaleur de combustion ou de la transformation directe de l’électricité en chaleur, ce paramètre exprime en pourcentage le rapport entre l’énergie stockée dans le combustible et la chaleur utile produite. Pour les pompes à chaleur, où il n’existe pas de lien direct entre la chaleur « gratuite » de l’environnement et le besoin en électricité pour les pompes, le COP représente le rapport entre la puissance thermique ou frigorifique produite et la quantité d’énergie électrique consommée, exprimé par un nombre à un chiffre avec une décimale. Une règle s’applique dans tous les cas : plus le coefficient de performance est élevé, plus le système de chauffage est performant et efficace sur le plan énergétique.

Différences en termes de puissance de chauffage

Selon un tableau publié par energie.ch, les chauffages électriques et à infrarouge obtiennent les meilleurs résultats en termes de COP (100 %) – le courant électrique se transformant en chaleur sans aucune perte. Reste encore à savoir avec quelles sources d’énergie l’énergie électrique a été produite. La cheminée ouverte se place au bas de l’échelle d’efficacité, avec un COP de 20 à 50 %. Les chauffages conventionnels au mazout et au gaz atteignent des valeurs allant jusqu’à 95 % ; avec la technique additionnelle modulante (avec récupération de chaleur), on obtient même des rendements supérieurs à 100 %. Les chauffages aux copeaux de bois et aux pellets présentent un COP de 85 %, tout au plus. Pour les pompes à chaleur, le COP n’est pas exprimé en points de pourcentage, mais en rapport entre une certaine quantité de chaleur produite et l’électricité consommée pour la produire. La pompe à chaleur sur nappe phréatique atteint la meilleure valeur avec un COP de 5,5 maximum, suivie de la pompe à chaleur géothermique (4,5) et de la pompe à chaleur à air (3,5).

Comparatif des coûts des systèmes de chauffage

La plate-forme de conseil neutre energieheld.ch publie des comparaisons de coûts pour divers systèmes de chauffage. Ce site tient compte des valeurs comparatives telles que le coût par kilowattheure des sources d’énergie ou des combustibles consommés, des frais d’entretien annuels et du prix d’achat, installation comprise. En ce qui concerne les coûts d’énergie, le chauffage aux pellets est le mieux positionné, avec CHF 0.01/kWh. Le plus cher – après l’installation de couplage chaleur-force, difficile à classer, car elle produit également de l’électricité – est le chauffage électrique, avec CHF 0.18/kWh. Les coûts d’appareil et d’installation les plus élevés sont atteints par la pompe à chaleur eau glycolée/eau (jusqu’à CHF 65 000.–). Le chauffage au gaz, disponible déjà à partir de CHF 14 000.–, est le plus avantageux de ce classement. Ces estimations se fondent sur une base de comparaison pour une maison d’habitation de taille petite à moyenne. L’ordre est directement inversé en ce qui concerne la maintenance : les chauffages au gaz et au mazout sont en tête avec CHF 650.– par an, tandis que les pompes air-eau et eau glycolée/eau ne reviennent qu’à CHF 250.– par an. Le chauffage électrique occupe également une place à part dans ces catégories, puisque la production de chaleur s’effectue pour chaque pièce individuellement. Il est toutefois déconseillé d’installer un chauffage électrique. Les cantons encouragent leur remplacement et interdisent l’installation de nouveaux chauffages électriques directs.

Critères de décision

Il convient de souligner que ces comparaisons de chiffres doivent être considérées avec circonspection et ne servir qu’à des estimations approximatives. Par ailleurs, cette énumération ne tient pas compte de la catégorie du chauffage à distance, dont le COP peut atteindre 99 % selon le tableau cité plus haut. Les analyses ne tiennent pas non plus compte de la durée de vie des différents composants de l’installation ou de la fiabilité générale du système de chauffage, ni de son approvisionnement en énergie de chauffage ou de fonctionnement. Il vaut donc la peine de solliciter des conseils d’experts d’une institution neutre, qui saura harmoniser le système de chauffage avec l’architecture et les conditions de son emplacement. Dans certains cantons, des conseils d’impulsion ou des analyses de l’état des bâtiments peuvent être obtenus gratuitement auprès des offices cantonaux de l’énergie.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto