Financer et acheter
Droit
Bâtir et rénover
Prémunir et assurer
Habitat
Jardin et balcon

Planification durable de la cuisine

Fondamentalement, la cuisine est un atelier. La préparation des repas nécessite de manipuler des outils et des machines sur des établis. L’agencement doit donc avant tout être pratique. Il peut aussi être durable, dans l’esprit d’une modeste empreinte écologique. La planification durable de la cuisine, met surtout en avant la durabilité de l’aménagement, la possibilité d’échanger séparément certains meubles ou appareils ainsi que l’efficacité énergétique.

Planification durable de la cuisine
Une planification durable de la cuisine tient compte des durées de vie différentes de l’aménagement et veille à l’efficacité énergétique.

(MP) Depuis que l’homme a appris à maîtriser le feu, il existe des cuisines. C’est là que l’énergie est transformée en chaleur. Jadis, souvent la chaleur du fourneau était également utilisée pour chauffer d’autres pièces. C’est à ce point que l’humanité devrait revenir.

La planification durable de la cuisine ne se limite donc pas à l’achat de composants fabriqués avec des matières premières aussi économes et inoffensives que possible – une qualité prônée par les fabricants qui n’hésitent pas à la souligner par différents certificats. Elle inclut également

  • le choix réfléchi de l’emplacement de la cuisine
  • la disposition des plans de travail et des armoires
  • les revêtements muraux et de sol
  • l’éclairage

Tous ces aspects déterminent la durabilité de la planification de la cuisine, qui doit assurer une longue durée de vie de la cuisine ainsi que son efficacité énergétique.

De quoi une cuisine durable ne peut-elle pas se passer ?

Chaque cuisine se compose d’éléments présentant des durées de vie totalement différentes. Les revêtements muraux et de sols doivent être particulièrement résistants. Idéalement, ils sont hydrofuges et composés de matériaux résistants et solides, qui durent des décennies. Très certainement, ce sont eux qui possèdent la durée de vie la plus longue parmi tous les éléments de la cuisine. Il convient donc de veiller à ce que les plans de travail, les tablettes et armoires puissent être échangés ou réparés sans que ces surfaces ne soient altérées ou ne doivent être retirées. Dans une cuisine durable, le mobilier de cuisine doit également être résistant et durable. L’aluminium se prête très bien à ce type d’applications, car il est particulièrement résistant à la chaleur et à l’humidité et peut être facilement recyclé

Où l’interchangeabilité doit-elle être garantie dans une cuisine durable ?

Les appareils de cuisine et machines présentent la durée de vie la plus courte. Ce sont également eux qui détiennent la plus grande probabilité de devoir un jour être réparés. C’est pourquoi ils doivent non seulement être aisément accessibles, mais aussi faciles à démonter et à remplacer, d’autant que les appareils sont de plus en plus efficaces et consomment de moins en moins d’énergie. Dans le cadre de la planification durable de la cuisine, il convient de porter une attention particulière à la hotte de ventilation. En effet, elle transporte non seulement de l’humidité, mais aussi de la chaleur, qu’il serait possible de réutiliser. La ventilation par hotte aspirante permet de réinjecter l’air filtré dans la pièce, afin de conserver cette chaleur. Il existe également des modèles combinés avec un échangeur de chaleur qui transfère la chaleur de l’air évacué à l’air frais circulant dans le système de ventilation de confort.

Quelles conventions faudrait-il remettre en question dans le cadre de la planification d’une cuisine durable ?

L’aménagement de la cuisine a connu une évolution radicale au cours du siècle passé. De centre chaotique de la vie communautaire, elle s’est peu à peu transformée en « laboratoire », qui se fond désormais dans la zone de séjour générale. Ce changement souligne d’une part les progrès réalisés dans la gestion de l’hygiène et des odeurs désagréables. D’autre part, il témoigne de l’évolution de notre comportement de tous les jours. Dans le sillon de la réforme de la cuisine, ses conventions et nos habitudes ont changé également.

Les personnes qui souhaitent aménager une cuisine durable devraient également remettre en question les conventions de la planification de cuisines. Actuellement, celle-ci est axée sur la cuisine agencée. Ce type d’aménagement de cuisine ne constitue certes pas un obstacle à la durabilité, mais il est rigide et peu flexible, ce qui rend plus compliqué notamment l’échange d’appareils.

Il existe sur le marché des meubles de cuisine mobiles, indépendants des plans de travail et surfaces de rangement, lesquels viennent se positionner sous ces derniers. Ils peuvent être déplacés pour les nettoyages, ce qui favorise une hygiène durable. Toute personne qui souhaite réduire la consommation d’énergie dans une cuisine durable doit se poser la question de savoir si elle veut continuer à profiter des avantages de la culture de stockage des produits congelés ou si, pour le réfrigérateur, un petit compartiment de congélation ne suffirait pas. L’espace réservé au lave-vaisselle, standard de nos jours, pourrait également être utilisé pour stocker des marchandises ou comme placard de rangement.

  • Auteur :
  • infomaison
  • Image :
  • istockphoto