Travaux de jardinage mensuels

Travaux de jardinage en septembre

Nous vous donnons chaque mois les dernières informations pour votre potager, votre verger, votre jardin d'agrément et votre balcon.

Potager

Oignon rocambole
Oignon rocambole

Portrait de variétés : l’oignon rocambole

L’oignon rocambole (Allium cepa var. viviparum) est probablement le résultat d’un croisement de l’oignon et de la ciboule. Il n’a jamais été cultivé à des fins commerciales, raison pour laquelle il n’a quasiment pas été modifié. Cette plante très appréciée dans les jardins doit son nom au fait singulier qu’elle forme de nouveaux oignons à une hauteur d’env. 30 cm (souvent même à un deuxième ou troisième étage). L’oignon rocambole est très facile à cultiver. Une fois planté, il se reproduit de lui-même : en automne, les oignons qui se trouvent aux étages supérieurs s’inclinent pour prendre racine dans le sol. Il faut changer son emplacement tous les trois à quatre ans car il peut être touché par les mêmes maladies que les autres variétés d’oignons. Les oignons rocamboles sont néanmoins relativement robustes. Les petits oignons plutôt piquants sont utilisés comme les autres oignons. On peut aussi les faire macérer dans du vinaigre ou dans une marinade aigre-douce. Éplucher les petits oignons est alors une tâche relativement fastidieuse. Au printemps, les feuilles d’oignons fraîches servent d’herbes culinaires comme la ciboulette. Elles constituent aussi un bel ornement dans un grand vase, dans la mesure où l’on réussit à s’habituer à leur odeur. Le plus simple est de cultiver l’oignon rocambole dans son jardin. Qui en a dans son jardin dispose toujours en été d’un nombre suffisant de bulbilles à donner. Infos : www.prospecierara.ch

Verger

Mûres
Mûres

Les lecteurs nous interrogent – nous avons la réponse

J’ai des problèmes avec mes mûres sans épines depuis quelques années. Bien que je traite les branches avec du soufre mouillable au moment du bourgeonnement, elles sont probablement infestées par l’éryophide des ronces. L’année dernière, j’ai éliminé toutes les pousses porteuses car de nombreux petits asticots se trouvaient dans les fruits. Que puis-je faire pour obtenir une récolte non infestée l’année prochaine ? C. Maeder, Täuffelen

Vos mûres sont infestées par l’éryophide des ronces, mais aussi par des moucherons asiatiques, ce qui est bien plus grave. Les éryophides des ronces n’attaquent généralement que certaines parties des fruits. Les fruits concernés conservent alors leur couleur rouge clair et restent acides. Ils sont immangeables, mais ne contiennent cependant pas d’asticots. Les moucherons asiatiques en revanche attaquent les fruits qui sont en train de mûrir et peuvent généralement rendre toute une récolte non comestible. L’insecte pond un œuf dans le fruit mûrissant, ce qui entraîne la présence d’asticots et souvent aussi la pourriture du fruit. Vous pouvez continuer de traiter les plantes contre l’éryophide des ronces avec du soufre mouillable. Veuillez noter que le premier traitement doit avoir lieu lorsque les pousses présentent une longueur de 5 cm environ, un second traitement doit ensuite être effectué au bout de 14 jours. Le souffre mouillable est nettement plus efficace lorsqu’il est appliqué le matin par temps chaud. Le soufre s’évapore mieux à hautes températures et son effet est accru. Il est plus difficile de lutter contre les mouches asiatiques. Étant donné que ce sont les fruits mûrissants qui sont infestés, il n’est pas possible de les traiter avec un pesticide chimique. Les branches du mûrier peuvent être recouvertes à titre préventif d’un voile ou d’un filet à mailles serrées spécialement adapté pour les mouches asiatiques. Cette mesure doit être prise le plus tôt possible, dès la floraison, lorsque les fruits sont encore petits et verts. Il est également possible d’utiliser des pièges à vinaigre disponibles dans le commerce spécialisé. Conseil : suspendez les pièges à environ 10 m des plantes pour éviter qu’ils attirent les mouches asiatiques directement aux mûriers.

Jardin d'agrément

Iris x hollandica
Iris x hollandica

Planter des bulbes à fleurs pour le printemps prochain

Il est vrai qu’il est difficile de penser déjà au printemps alors que l’été touche juste à sa fin. La prochaine année de jardinage doit être d’ores et déjà planifiée, et il faut procéder aux plantations! Qui ne l’a pas encore fait doit commander ses catalogues de bulbes à fleurs ou consulter les portails de commerce spécialisé en ligne. Les fleurs rares ou les nouvelles variétés se vendent rapidement. Les bulbes et les tubercules doivent être plantés de septembre jusqu’au début de l’hiver. Pourquoi n’essayez-vous pas les iris de Hollande (Iris x hollandica, photo), qui sont quelque peu tombés dans l’oubli ? Ils fleurissent au début de l’été dans différentes couleurs et sont parfaitement appropriés comme fleurs coupées. L’Iris hollandica prospère bien à un endroit ensoleillé et sec et est peu exigeant. En hiver, il doit être protégé à l’aide d’une couche de branches de sapin. Un grand atout : les petits bulbes de cet iris sont proposés à un prix avantageux. Conseil : les nombreuses couleurs et formes de ces fleurs printanières incitent à l’achat. La production de bulbes étant cependant très polluante, il convient de ne planter que des variétés qui prospèrent bien pendant longtemps dans son jardin.

Balcon

Nichoir
Nichoir

Grand nettoyage du nichoir

En septembre, la dernière couvée de mésanges, de moineaux, de sitelles torchepots et de troglodytes a pris son envol. Cependant, le nichoir est encore souvent habité : les puces d’oiseau, les acariens et les tiques s’y sont installés. Il faut donc immédiatement nettoyer le nichoir. Un nettoyage effectué plus tard en automne risque de gêner les hôtes devant être protégés en hiver, tels que les reines de bourdon ou les chauves-souris. Si l’on s’y prend tard, il convient de frapper avant de pénétrer avec gants et balais dans le nichoir, où peuvent se trouver des locataires provisoires, comme les apodemus ou les muscardins, qui aiment être prévenus. Qui ne trouve pas le temps de procéder à ce nettoyage en fin d’été ne doit l’effectuer qu’à la fin de l’hiver, donc immédiatement avant la période de couvaison. Il n’est cependant pas facile de trouver le bon moment, car certains oiseaux commencent à couver très tôt, et vous risquez également de déranger les animaux qui hibernent.

Schweizer Garten Logo
 
Schweizer Garten September 2021
 
  • Auteur :
  • Revue « Schweizer Garten »
  • Image :
  • Revue « Schweizer Garten »